AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Point Presse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
opacricri
Medaillé d'or


Nombre de messages : 3382
Age : 69
Localisation : jonchery
Date d'inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 13:06

SEV a écrit:
opacricri a écrit:
Il est où le Taylor avec ses journeaux

Opa aurais tu attrappé la "Mrlarbitreaigûe" ?


Tu dois avoir toi aussi attrapé le même mal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/omacricri
Copy
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 2518
Age : 47
Localisation : petite tribune
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 13:11

Toujours pas de Taylor, pourvu qu'il n'ait pas fait un coma éthylique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SEV
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 2448
Localisation : Nogent
Date d'inscription : 13/03/2006

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 13:22

opacricri a écrit:
SEV a écrit:
opacricri a écrit:
Il est où le Taylor avec ses journeaux

Opa aurais tu attrappé la "Mrlarbitreaigûe" ?


Tu dois avoir toi aussi attrapé le même mal

OUPS Embarassed , moi aussi j'ai glissé Chef! Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 14:35

je suis en retard désolé, je profite du soleil, allez bonne lecture, je repars dehors

La Voix du Nord - 07/10/2007
VOLLEY-BALL - PRO B Cambrai batttu par Dunkerque dans un derby de haut vol


Que de points communs entre les deux clubs nordistes qui s’affrontaient pour le premier derby de la saison dès la seconde journée : une première rencontre perdue, un effectif remodelé à l'intersaison mais surtout un banc très léger (8 joueurs sur la feuille de match pour Dunkerque, 9 pour Cambrai).
Dans une salle quasi déserte mais bien animée par les supporters cambrésiens les locaux trouvaient rapidement leurs marques, notamment grâce à Félicissimo à l’aile. En face la réception pour le moins flottante inquiétait, tandis que les Dunkerquois n’y allaient pas par quatre chemins dans le jeu d’attaque : au centre, aux trois mètres, le récital était de qualité. L’écart enflait rapidement. Une première manche à sens unique qui, cependant, ne sera pas le reflet de la rencontre (25-18).

Sans changements de joueurs, avec Delaye dans une position inhabituelle de libéro, DGL s’en sortait bien. Côté cambrésien c'était la soupe à la grimace.
Seulement Ces au service et Doué à l'attaque réveillèrent les leurs dès le second set, débuté tambour battant (0-6). Dans leur foulée Radichkov retrouvait son bras et Aso, entré en jeu à la place de Poutrain, distribuait parfaitement le jeu. Et comme DGL jouait petit bras au service la sanction, bien sévère pour le coup, tomba rapidement : 14-25. Bien que volontaires et accrocheurs les Maritimes baissaient pavillon face à une formation cambrésienne devenue redoutable à l'attaque et au block. Le manque de rotation engendrait de la fatigue dans les rangs dunkerquois si bien que les fautes directes se multipliaient. Résultat une 3e manche tout aussi rapidement pliée (17-25).
Cependant ces Dunkerquois ont du coeur et ne lâchent rien. Malgré une qualité de service moyenne et d’innombrables fautes directes ils accrochaient le tie break, au bout du suspense (30-28). Dès lors les Maritimes firent preuve d'une maîtrise exemplaire pour enlever cette première à domicile (15-12). Une victoire qui devrait faire le plus grand bien au groupe. Pour les Cambrésiens en revanche si le torchon ne brûle pas encore mais il commence à chauffer sérieusement … •
DUNKERQUE - CAMBRAI : 3-2 25-18; 14-25; 17-25; 30-28 ; 15-12

source/la voix des sports


Volley-ball Saint-Louis se fait contrer

Pour la deuxième journée de Pro B, la première à domicile, le Saint-Louis VB est allé jusqu’au tie-break, en vain, face à Saint-Nazaire (2-3).

Apathique durant les cinq premiers points, Saint-Nazaire est réveillé par le temps mort de Roger Vallée. Avec Amrane au centre et Satour au service avec notamment un ace, les Ligériens prennent le large (6-10). Ristic passe enfin, tandis que le contre est sur le mode alternatif, Valefuaniu ramenant les siens à 13-14. Mais Satour se déchaîne à l’aile pour Saint-Nazaire (13-16). Guère brillant, Kokuvi cède sa place à Puchalski, qui est la cible d’un service gagnant de ce diable de Tosatto (17-23). Les services tendus de Saint-Nazaire sont gagnants jusqu’au bout avec le quatrième ace de cette manche pour Amrane, aidé par le filet (18-25).
Puchalski reste en place dans le deuxième set, alors que le passeur change à Saint-Nazaire au profit de Hamon. Sans bloc, sans efficacité offensive, Saint-Louis baisse la tête à 2-6. L’entraîneur ludovicien en profite pour faire entrer son fils Bartek Blonski à la passe. Mais c’est surtout grâce à Ristic avec un gros service, dont un ace avec filet, que Saint-Louis recolle à la marque (10-10). Le contre ludovicien en profite pour sortir de sa léthargie par Nikolic et Kokuvi pour donner le premier avantage de la partie à 15-14. Et c’est avec de bonnes constructions offensives que les Ludoviciens gardent la main (23-20). Nikolic s’illustre dans ce domaine, avant que Blonski ne serve un ace décisif (25-20).
Nikolic s’improvise bon passeur vers Kokuvi (3-2), moment où Ristic prend la main au service avec un deuxième ace à 7-3. Une bataille du centre s’opère. Saint-Louis s’appuie sur une bonne défense, alors que Saint-Nazaire s’en remet à Satour à l’aile (13-8). Dans le match des pointus, c’est le service qui fait la différence. Ristic lamine la réception adverse au point d’assurer trois aces d’affilée (19-12). Des flottements minent Saint-Nazaire, Ristic déstabilisant la défense avec sa puissance, du pain béni pour le contre de Nikolic (25-16).
Mais là où Saint-Louis a bâti sa réussite dans cette 3e manche, le club alsacien la perd dans le quatrième set de la même manière. Pour ne pas avoir trouvé des solutions face à Satour à l’aile droite, Pradet à l’aile gauche et Weyl au centre, le Saint-Louis VB a craqué à partir de 17-17 pour finir par une faute de service de Kokuvi (19-25).
Dans la manche décisive, Saint-Louis retrouve son contre avec Valefuaniu et Nikolic (4-3). Mais Saint-Nazaire aussi face à Kokuvi pour reprendre la main (7-8). Et ne plus la lâcher grâce à Satour et ses 10 attaques gagnantes (13-15).

Gilles Legeard


SAINT-LOUIS 2 SAINT-NAZAIRE 3
Sportenum. Périodes : 18-25 (25’), 25-20 (27’), 25-16 (23’), 19-25 (25’), 13-15 (19’). Durée : 1h59’. Arbitres : Mlle Camille Gadenne (Flandre) et Joël Paglieri (Alsace). Spectateurs : 51.
Saint-Louis VB : Piesniak (cap.), Valefuaniu, Nikolic, Urnaut, Kokuvi et Ristic. Libéro : Camatte. Puis : Valefuaniu, Puchalski et B. Blonski. Entraîneur : Blonski.
Saint-Nazaire VB : Audric, Weyl, Tosatto, Amrane, Satour et Brcic. Libéro : Hubert. Puis :Hamon, Pradet, Proudfoot. Entraîneur : Vallée.

source/l'alsace

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Vannetais et Svoboda (en blanc), excellent tout au long du match, ont
progressé depuis l'ouverture du championnat
mais ils concèdent une nouvelle défaite face à Avignon.
:Gwenaël Mahé


Volley-ball : Deuxième défaite pour des Vannetais en progrès
Pro B. Vannes VB - Avignon : 0-3


. Après Nice, les Vannetais se sont une nouvelle fois inclinés. Vaillants, ils n'ont toutefois pas démérité, à l'image du Tchèque Jan Svoboda, excellent hier.
L'entraîneur vannetais Slava Kreskine attendait beaucoup de sa recrue tchèque Jan Svoboda. Message reçu par le n° 10 vannetais, car c'est lui qui permet à son équipe d'être au contact dans les premières minutes du premier set, avec six points à son actif (7-7, puis 9-9). Mais à force de fautes directes de la part des Vannetais, les Avignonais prennent le large progressivement dans cette première manche (9-11, puis 12-16). C'est le moment choisi par Kreskine pour demander un temps mort afin de remotiver ses troupes. Mais les visiteurs, emmenés par leur capitaine Ossosso (7 points), maîtrisent leur sujet et ne seront plus rejoints (19-25, en 22').

Les Vannetais reviennent plus agressifs en début de deuxième manche, et cela ne tarde pas à se concrétiser au tableau d'affichage (4-0, puis 8-3). Le schéma du premier set s'inverse. Les fautes sont avignonnaises, et la confiance passe dans le camp morbihannais (12-4). Les réceptions sont plus propres, à l'image de Maxime Godefroy, et les attaques plus tranchantes. Celles de Svoboda, qui l'étaient déjà dans le premier acte, sont toujours aussi efficaces (11 points dans la 2e manche). Les Avignonnais tentent de refaire leur retard, mais les Vannetais les maintiennent à distance respectable (pas plus de quatre points d'écart). Le Vannes VB est alors sur le point de remporter sa première manche en Pro B.

C'était sans compter sur la capacité de réaction des visiteurs, qui reviennent d'abord à deux points (22-20, puis 24-22), avant de recoller au score (24-24). Tout est à refaire pour les locaux, qui ont laissé filer trois balles de set. Les nerfs sont alors mis à rude épreuve. Mais à ce petit jeu-là, ce sont les Provençaux qui se montrent les plus costauds. Et sur une grosse faute de main du Vannetais Igor Jérôme, ils empochent finalement le gain de ce 2e set très disputé (31-29, 34').

Il en faudrait plus pour atteindre le moral des Vannetais, qui rentrent bien dans la troisième manche (5-2). Mais l'air de rien, les Avignonnais restent au contact grâce à un Elysée Ossosso toujours aussi énorme 7-7, puis 10-10). Le physique fait alors la différence et l'écart grandit inévitablement en faveur des visiteurs (11-14, 13-18, puis 14-21). Vannes résiste pourtant bien (17-21), mais Avignon s'envole vers sa deuxième victoire de la saison (20-25, 26'). Pour les Vannetais, il faudra encore attendre pour goûter aux joies du succès cette saison. Mais vu les progrès affichés hier, ils sont sur la bonne voie... Peut-être samedi prochain à Canteleu ?


Benjamin CHENEVIÈRE.

VANNES VB - AVIGNON : 0-3.
(19-25 en 22'; 29-31 en 34'; 20-25 en 26').
577 spectateurs. Arbitres : MM. Guignard et Rozalski.

VANNES VB : 1 ace (Jérôme) ; 3 contres gagnants (Vujicic, Kuchar et Féret) ; 39 attaques gagnantes (Svoboda, 19) ; 16 fautes directes (Jérôme, 4).
Six de départ : Nojic (1 point), Boutin (0), Jérôme (5), Vujicic (4), Genevé (7), Creisméas (0), Agnithey (2), Svoboda (19), Kuchar (5), Féret (1). Libéro : Godefroy. Entraîneur : Slava Krekine.


AVIGNON : 3 aces (Ruiz, 2) ; 8 contres gagnants (Birau, 3) ; 32 attaques gagnantes (Ossosso, 19) ; 13 fautes directes (Deniz, 4).
Six de départ : Ruiz (3), Taghan (0), Deniz (11), Zimakijevic (0), Teno (0), Ossosso (22), Vallée (6), Vergoz (3), Birau (8). Libéro : Steve Peironet. Entraîneur : José Amet.

source/Ouest-France

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Gabriel Denys peut
être satisfait
de la réaction
de ses joueurs.
Christian LANTENOIS



VOLLEY-BALL / Pro B Le FLSQ enchaîne

Après un début de match poussif et la perte du premier set, les Saint-Quentinois ont su renverser la vapeur pour s'imposer 3 sets à 1 et ainsi aligner une deuxième victoire consécutive.
Les Picards débutaient bien la rencontre : un bloc de Dukic et une attaque de Simin leur permettaient de s'échapper (4-1). Mais les Normands ne s'en laissaient pas conter et s'appuyaient sur un service solide et un block très présent pour inverser la tendance (6-8).
Quelque peu en difficulté, les Axonais s'en remettaient à un Simin présent en défense pour ne pas prendre l'eau (11-13). Les imprécisions se succédaient côté axonais et les joueurs de Canteleu prenaient le large (16-22) avant de conclure.
Face à une surprenante équipe de Canteleu, les locaux ne parvenaient pas à imposer leur jeu et subissaient d'entrée de seconde manche (4-8), les avants du FLSQ ne parvenant pas à passer un block normand quasi infranchissable.
Simin puis Bird permettaient aux joueurs du président Donat de recoller au score à 17, puis un ace de Tonemassa leur donnait enfin l'avantage (19-18). Un nouveau block donnait aux Axonais deux occasions de conclure. Le Portoricain Victor Bird s'en chargeait (25-23).
Le troisième acte de ce match débutait par une nouvelle bonne série de blocks normands (2-5), avance immédiatement gommée par Bird auteur de deux belles attaques puis d'un ace. Le FLSQ semblait retrouver le jeu qui lui avait permis de s'imposer lors de l'ouverture et faisait la course en tête (15-13).

Un block de Donat donnait 4 points d'avance aux locaux (20-16) qui accéléraient par la suite et profitaient d'une belle série au service de Tonemassa pour conclure 25-17.
Après cette belle réaction d'orgueil, les Picards poursuivaient sur leur lancée pour mener 8-3. Une attaque retrouvée et surtout une défense plus combative permettaient aux Saint-Quentinois de faire le trou (16-10).
Les Normands tentaient bien de revenir, mais les hommes de Gabriel Denys tenaient bon et une attaque sortie de Douteau permettait aux locaux de s'imposer non sans avoir souffert (25-23).
Une issue qui ravissait le technicien saint-quentinois : « Je tiens à féliciter les joueurs, même s'il y a eu beaucoup d'approximations. Ce sont des exploits individuels qui nous ont permis de conclure, mais il faut dire que l'opposition était de qualité.
Il y a encore beaucoup de travail, mais ces deux victoires consécutives à domicile sont une satisfaction
».

source/l'union

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Copy
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 2518
Age : 47
Localisation : petite tribune
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 15:09

Merci Taylor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 2670
Age : 28
Localisation : Jonchery
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 18:57

En + d'être en retard pour le point presse, taylor n'était pas non plus à jean masson cette après-midi. Bon allez t'es pardonné, c'est pas tout les jours qu'il ya du soleil en haute-marne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mamass
Vainqueur coupe de france
avatar

Nombre de messages : 220
Age : 34
Localisation : FANATICS CHAUMONT
Date d'inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 19:48

comment se fait il que notre cher ami taylor narive pas a avoir les articles de canteleu???????

je rigole bien sur mais pourrais tu m'eclaircir sur ce sujet. merci d'avance et c'est super ce que tu fais!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 7 Oct - 21:40

mamass a écrit:
comment se fait il que notre cher ami taylor narive pas a avoir les articles de canteleu???????

je rigole bien sur mais pourrais tu m'eclaircir sur ce sujet. merci d'avance et c'est super ce que tu fais!!!



voilà monsieur mamass est servi



07/10/2007 - Pro B : Milosevic se cherche encore
Miroslav Milosevic devrait apporter à l'ALCM l'expérience accumulée en Pro B et à l'étranger.

Pour le moment, l'introverti Serbe se trouve toujours en phase d'adaptation.
Au milieu de ses partenaires dans la salle Calmat, l'homme semble discret. Sous l'œil de son entraîneur Wojtek Fabianczyk, Miroslav Milosevic cherche encore ses marques. A l'image de sa nouvelle équipe. Le réceptionneur serbe retrouve pourtant Gaëtan Cantamessi et Martel Bosqui à Canteleu-Maromme, ses deux coéquipiers avec qui il évoluait la saison dernière à Chaumont.
« C'est quelqu'un de naturellement timide, barré par la langue », avance Bosqui. Passé par l'Espagne, la Grèce et la Turquie, Milosevic entame sa troisième saison en France après ses deux années passées à Chaumont.
Aiguillé par son agent, le Serbe, 31 ans depuis le 10 septembre, a rallié l'ALCM pour apporter son expérience. « Je suis le plus âgé après Vavrek. Beaucoup ne connaissent pas le monde pro dans l'équipe, je suis donc là pour les encadrer, apporter de la sérénité. » Mais avant, Milosevic va d'abord devoir se fondre dans le moule normand, ce qui n'est visiblement pas encore tout à fait le cas. «Donner le maximum en réception »
« Ce n'est pas évident pour les nouveaux de comprendre le système et de trouver le rythme de suite », avance Fabianczyk. Après deux mois de préparation et une déconvenue à Avignon en ouverture (3-0), difficile pour Milosevic de se faire une idée sur le groupe. « Je pense qu'on a le potentiel pour se maintenir, même si nous n'avons joué que des équipes hiérarchiquement inférieures durant l'été. Mais il faut le montrer sur le terrain, pas comme à Avignon. » Ce premier match en Pro B en a paralysé plus d'un. « Il y avait de l'appréhension face à ce gros morceau.
Nous n'avons pas été assez agressifs
», explique le Serbe, auteur d'un début de match poussif avant de relever la tête en fin de partie. D'autant plus que le début de calendrier ne favorise pas les promus haut-normands. Milosevic, qui dit vouloir « donner le maximum en réception », sait ainsi que le défi ce soir à Saint-Quentin sera tout aussi relevé. « C'est un autre candidat à l'accession en Pro A. Nous n'aurons rien à perdre contre eux. L'objectif est surtout de mieux jouer que contre Avignon. Une meilleure prestation nous permettrait de gagner en confiance avant d'aborder notre premier match à Calmat, contre Vannes. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Raphaël Ferber

source/Samedi le 06 octobre 2007 - Paris Normandie/via le site de canteleu

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par le Lun 8 Oct - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mamass
Vainqueur coupe de france
avatar

Nombre de messages : 220
Age : 34
Localisation : FANATICS CHAUMONT
Date d'inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 8 Oct - 13:38

Merci beaucoup mon ami taylor, s'il n'existait pas il faudrait l'inventer ce taylor....

michou michou michou michou michou michou michou michou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr l'arbitre
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 1654
Age : 27
Localisation : jean masson avec mon micro
Date d'inscription : 11/10/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 8 Oct - 13:43

mamass a écrit:
merci beaucouq mon ami taylor, si tu ne serais pas la il faudrais linventer ce taylor....

michou michou michou michou michou michou michou michou

Oh ça faillote la!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 8 Oct - 17:16



Volley-ball : Saint-Nazaire enfin décisif

Pro B. Saint-louis Neuweg - Saint-Nazaire : 2-3. Oublié le match perdu face à Marseille, Saint-Nazaire s'impose à Saint-Louis pour se positionner au 8e rang.
Les Ligériens sont allés chercher un succès à Saint-Louis, après avoir connu un passage à vide, heureusement évacué lors de la manche décisive. Si le pointu alsacien Ristic avait remis son équipe sur les rails lors du troisième set grâce à une série de sept services (15-12 à 22-12), dont trois aces, Satour a soutenu la comparaison à l'aile jusque dans les ultimes instants de la partie. Alors que l'entraîneur Roger Vallée a alterné à la passe entre Audric et Hamon, il a finalement stabilisé ce dernier à la manoeuvre, un choix gagnant au profit du pointu marocain. Avec 19 attaques gagnantes, Satour a réussi à déjouer le contre ludovicien, bien présent mais au positionnement de mains aléatoire. « J'espère que Satour continuera comme ça, je suis content car il a prouvé ce que j'attendais de lui, relève Roger Vallée. Et à la passe, comme Jérémy (Audric) n'appliquait pas les consignes, j'ai fait le choix de Hamon, notre deuxième passeur, qui est toujours propre ».

Alors que Saint-Nazaire semblait mal engagé après avoir été mené 2-1, la formation ligérienne a su réagir, malgré un six de base amputé. « Au troisième set, Ristic a réalisé une série incroyable au service, et notre joueur clef, Tosatto, a subi une entorse. Mais on a bien su réagir en gardant nos services flottants mais tendus. Et avec son banc, l'équipe a une force collective. Malgré les entrées et les sorties, on n'a pas de trou ». Chacun a apporté sa pierre à l'édifice : au centre Amrane et surtout Weyl sont apparus tranchants en attaque, à l'aile Pradet a tenu l'équipe dans les moments difficiles, Brcic a également apporté de la percussion, et Satour s'est distingué de ce dernier en ajoutant une belle présence au contre (cinq blocs gagnants) en plus de son efficacité offensive. Face à Marseille, Saint-Nazaire avait réussi à grappiller un point, cette fois-ci l'équipe de Roger Vallée a franchi un palier avec un succès qui n'apporte que deux points côté comptable, mais qui ouvre de belles perspectives. « Le championnat est encore long, mais cette victoire à l'extérieur, c'est bien pour la confiance », confirme l'entraîneur saint-nazairien. Il ne reste plus qu'à bonifier ce succès à domicile, pourquoi pas dès la réception d'Aix samedi.


SAINT-LOUIS - SAINT-NAZAIRE : 2-3
(18-25 en 25', 25-20 en 27', 25-16 en 23',19-25 en25',13-15 en 19')

Arbitres : Mlle Camille Gadenne (Flandre) et Joël Paglieri (Alsace). Spectateurs : 51.


SAINT-LOUIS VB : Piesniak (cap.), Valefuaniu, Nikolic, Urnaut, Kokuvi et Ristic. Libéro : Camatte. Puis : Valefuaniu, Puchalski et B. Blonski. Entraîneur : Blonski.

SAINT-NAZAIRE VB : Audric, Weyl, Tosatto, Amrane, Satour et Brcic. Libéro : Hubert. Puis : Hamon, Pradet, Proudfoot. Entraîneur : Vallée.

source/Ouest-France


Pro B Saint-Louis reste sur le mode alternatif

Pour ne pas avoir su mettre à profit différentes situations, notamment au contre, le Saint-Louis VB a cédé dans la manche décisive face à Saint-Nazaire (2-3). Avec un point tout de même synonyme de 11e place au classement.

Dans le tie-break, Saint-Louis semblait bien parti pour donner l’avantage au côté clair de sa force après que Gino Kokuvi s’est lâché en attaque (7-5). Mais pour ne pas avoir tenu la cadence, le contre saint-nazairien a pris le dessus (7-9). Les visiteurs ont alors géré pour mettre Brcic et surtout Satour, auteur de 19 attaques gagnantes dont la dernière offensive à 13-15. Autant préciser que les regrets ont tout lieu d’être côté ludovicien, même si le point grappillé atténue la déception avec une 11e place actuelle de Pro B.
« Si on compte bien, on a joué la moitié du match comme à Alès, on est passé à côté dans les premier et quatrième sets, indique Darek Blonski. On a des regrets parce que c’était jouable ». Et si Ristic avait eu le même rendement en attaque (11 points gagnants) qu’au service, il est sûr que Saint-Louis aurait disposé d’un atout majeur pour la victoire. Ceci n’enlève rien à sa performance de la troisième manche, qu’il a fait basculer à lui seul avec une série de sept points (15-12 à 22-12). Le pointu serbe a acculé la réception avec sa puissance en signant trois aces d’affilée. « Les balles difficiles, c’est son rôle de bien les négocier, indique l’entraîneur ludovicien. À mon avis, il n’est pas encore en confiance ». Heureusement les offensives frontalières ne reposent pas que sur Srjdan Ristic, Gino Kokuvi (15 attaques gagnantes) et Matjaz Urnaut (13) prenant aisément le relais en se jouant du contre adverse, même sur des ballons excentrés.
Si ce dernier arrivait à trouver la faille au centre, en deuxième rideau, ce n’est pas le cas des joueurs au filet, avec Milorad Nikolic et Tuani Valefuaniu. « Notre plus grand problème est au centre, confirme Darek Blonski, c’est aberrant sur cinq sets. On ne vient pas assez vite et on n’est pas crédible pour l’adversaire, qui n’est pas venu au contre ». S’il pointe ce manque de rendement, le coach haut-rhinois sait qu’il ne disposait pas de la même longueur de banc que son homologue Roger Vallée au centre. « C’est très difficile de ne travailler qu’avec deux centraux. Avec le rythme soutenu du match, ils auraient besoin de souffler un peu plus ». Le retour de César Cottini, absent pour cause de pubalgie, serait donc un élément clef lors du déplacement à Nice samedi. Gageons que Clément Puchalski, touché au genou lors de l’entraînement soit aussi présent sur la Côte d’Azur.

Une bonne entrée

Là où Darek Blonski peut être rassuré, c’est que son deuxième passeur de fils Bartek a effectué une bonne entrée en jeu samedi au Sportenum dès la fin de la première manche jusqu’au début du quatrième set, comme à l’entame du tie-break, à une ou deux erreurs près. « Malgré son jeune âge, il a calmé le jeu dès qu’il est entré, admet le père. Il a servi des ballons plus en hauteur, avec plus de fixation ». Ceci devrait apporter de l’émulation, Artur Piesniak réussissant une deuxième main pour son retour en jeu lors de la quatrième manche, là où avait échoué Bartek Blonski sur le point précédent.
De l’émulation au bloc, il y en aurait besoin. Alors que le contre ludovicien est présent sur nombre de phases offensives adverses, il pèche dans le positionnement de ses mains. Si Saint-Louis ne veut pas continuer à être manœuvré par des équipes à sa portée comme Saint-Nazaire, la formation haut-rhinoise a tout intérêt à avoir la mainmise sur davantage de ballons.

Gilles Legeard

source/l'alsace

et pour mamass

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

08/10/2007 - Pro B : Bruno CHATEAU parle à la presse
« On avait l'équipe pour gagner »


Bruno Chateau reste optimiste, jugeant encourageante la prestation de Canteleu-Maromme à Saint-Quentin.
Très motivé samedi soir face à Saint-Quentin, Bruno Chateau est resté positif malgré la défaite (3-1).
Rencontré quelques minutes après le match, le réceptionneur-attaquant venu de Paris Volley (Pro A) a relevé une encourageante évolution dans le jeu de Canteleu-Maromme depuis la déroute à Avignon.

L'ALCM a démarré fort à Saint-Quentin. Aviez-vous les moyens de l'emporter ?

Bruno Chateau : «J'y croyais dur comme fer. Quand on voit ce qu'on a été capables de faire durant les deux premiers sets, je me dis qu'on avait l'équipe pour gagner. Le groupe avait envie de bien faire, nous n'avons jamais lâché. On a bien servi et je pense que les Saint-Quentinois ont été surpris. Face à une telle équipe, notre prestation est encourageante. Il va maintenant falloir bosser les points négatifs. On a connu des passages à vide en réception, certaines passes ont été aléatoires, j'ai manqué quelques services. Mais on a évolué. Je suis plus que jamais positif !»

Vous n'étiez donc pas aussi crispés qu'à Avignon ?

«Je n'ai pas ressenti d'inquiétude, juste une envie de se racheter. A Avignon, ce fut la douche froide pour moi. On savait très bien qu'on pouvait faire mieux. Nous sommes des compétiteurs, on avait à cœur de rester soudés. Nous nous sommes remis au travail la semaine dernière. J'ai senti une grande énergie se dégager du groupe. Samedi, ça s'est vu. Sur le terrain et sur le banc des remplaçants, on était tous à fond. Je découvre des guerriers.»

Vos deux défaites ne vous inquiètent pas ?

«Il est évident qu'on ne peut pas être satisfait quand on ne gagne pas. Il n'y a que les victoires qui nous intéressent. Mais nous sommes promus et nous venons de jouer contre deux équipes qui ont le potentiel pour jouer l'accession en Pro A. A Canteleu-Maromme, on doit se concentrer sur l'objectif fixé. Le maintien. A Calmat, on va rencontrer Vannes et Marseille. C'est contre ces équipes qu'on doit s'imposer. Si on ne le fait pas là, on pourra commencer à s'inquiéter. »
Propos recueillis par Raphaël Ferber

source/Lundi le 08 octobre 2007 - Paris Normandie/via le site de canteleu

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
galeizon
National


Nombre de messages : 112
Age : 42
Localisation : Ales en Cévennes
Date d'inscription : 19/08/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 8 Oct - 19:46

Compte-rendu de la rencontre Aix - Ales par Midi Libre (07/10/07):

" C'est ce genre de rencontres qui pourra peut-être nous permettre d'écrire une belle page de l'histoire du club ". Soulagé et enthousiasmé par la qualité du jeu proposé par les deux équipes hier soir, Jean-Marc Biasio, l'entraîneur alésien, ne boudait pas son plaisir. Celui d'avoir vu sa formation l'emporter bien sûr, mais aussi de constater que les prétendues "petites" équipes comme Aix peuvent rivaliser sur un match.
Il n'aura pas fallu longtemps aux Gardois pour entrer dans la partie. Juste le temps pour Sayfulin de signer deux attaques en début de rencontre, permettant au CAC de mener la danse pendant une bonne partie du set. Bien dans le match en réception, Cernousek et les siens pouvaient en outre s'appuyer sur le bras de Luc Marquet, précieux en bout de filet et aux trois mètres (25-23). Les Cévenols étaient pourtant loin d'imaginer la suite. Ne souhaitant pas répéter le scénario de l'an passé (0-3), les Provençaux décidaient de tout lâcher d'entrée de 2e set. Si Ales, notamment par Kuck et Marquet, restait au contact, un festival des frères Marion remettait les locaux sur les rails. Un regain de forme accentué par l'activité de Lux en attaque, ce dernier égalisant à un set partout (25-23).
" Le pire, c'est qu'on a bien joué durant toute la partie ... " Après coup, Jean-Marc Biasio ne pouvait que rester admiratif devant le récital offensif offert par Aix lors du 3e set. Débordés en réception, absents au block où le duo Basta Doreto - Kukhar ne savait plus où donner de la tête, les Cévenols accueillaient la moindre petite faute adverse avec un soulagement non feint. Mais Lux et surtout le bras gauche de Piletski ne laissaient aucun répis à des Alésiens au fond du trou (25-21). Aix ouvrait la quatrième manche en tête. Mais après s'être beaucoup livrés physiquement, Louati et sa bande donnaient des signes de faiblesse, à l'image de Quentin Marion, impérial jusque-là au service et beaucoup moins en verve. Un répit dont profitait Ales. Sayfulin à nouveau servi, Brizola entré en jeu, le CAC revenait à la surface de fort belle manière (8-5 puis 16-7) pour ne plus lâcher sa proie. Une rage symbolisée par deux blocks consécutifs de Kuck et Cernousek (8-8 puis 9-Cool qui plaçaient les Gardois sur orbite. Et même si Basta Doreto gâchait une balle de match à 15-14, c'est un contre de Brizola qui offrait un beau succès au CAC. Renversant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Mar 9 Oct - 14:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nationale 1 (M)
Secoués, mais toujours debout


NANCY. _ L'entraîneur avait prévenu. Les joueurs en ont eu confirmation. « Cette équipe de Plessy vaut mieux que son classement actuel », avait noté Pierre Angély. Bien vu de la part du coach nancéien. Car même donnés archifavoris sur le papier (cinq points et deux victoires en deux matches), ses hommes ont dû batailler sec hier soir face à une équipe des Hauts-de-Seine jusqu'alors à la peine, avec un zéro pointé au compteur.
Privés pour au moins trois mois de Bergantino, récemment touché à une cheville, les Nancéiens pouvaient néanmoins compter de nouveau sur Serge Libom, enfin de retour dans l'effectif après avoir souffert, lui aussi, d'une grave entorse à une cheville. Mais c'est depuis le banc que le bondissant attaquant voyait ses partenaires prendre un départ inquiétant. Judicieusement placés en défense, et guidés de main de maître par les puissants Prével et Lamy, les visiteurs obligeaient les Nancéiens à prendre de gros risques offensifs. Des risques guère payants pour Dor et les siens, qui payaient vite leurs trop nombreuses bévues en attaque et au service (5-8, 14-18). Les brèves apparitions de Libom et Fouda, le temps de quelques échanges, permettaient toutefois aux locaux, malgré des absences défensives parfois criantes, de reprendre un peu leurs esprits (23-22). Pas de quoi s'éviter une sacrée frayeur : sans la force de frappe d'Effernelli à 23-24, le Nancy Volley pouvait en effet dire au revoir à la première manche... Laquelle allait finalement tomber droit dans la poche du leader, qui concluait victorieusement un premier acte pourtant bien mal embarqué (26-24).
Mais alors qu'on les croyait remis dans le droit chemin, les Lorrains retombaient dans leurs travers. Fautes de main, erreurs de jugement, mauvais placements ou services dans le filet : Plessy-Robinson saisissait à pleines mains les perches tendues par les locaux (5-10, 8-13). Même sans leurs deux hommes forts, les expérimentés Gambier et Logeais, laissés jusqu'à présent sur le banc, les joueurs des Hauts-de-Seine restaient cette fois solides jusqu'au bout, et filaient droit remettre les pendules à l'heure (18-25).
Désormais bord à bord côté sets, les deux formations allaient le rester dans un troisième round longtemps indécis (8-8, 13-13). Bien aidés par un Fouda en pleine réussite, et sortant quelques blocks aux bons moments, les Nancéiens plaçaient finalement une première accélération avant de boucler, avec une courte mais précieuse tête d'avance, une manche conclue par un énième service manqué côté Plessy (25-23). Cette fois, c'en était trop pour Plessy, qui pliait peu à peu sous les blocks et les assauts d'un leader enfin plus constant en attaque et solidaire en défense (20-16). Un ultime assaut signé Sabchev (25-22) parachevait une victoire acquise non sans trembler. Mais les hommes d'Angely, on l'a dit, avaient bien été avertis.

S. C. (Stéphanie CHEFFER)

souce l'est républicain/via le site du nancy volley

Vannes - Avignon : 0-3 Kreskine : « Beaucoup de regrets »
ProB


Les Vannetais ont été dominés, samedi soir, en trois sets par de solides Avignonnais. Mais contrairement à leur piètre prestation à Nice (défaite 3-0), les hommes de Slava Kreskine ont montré ce week-end une plus grande application dans leurs gestes, notamment lors de la seconde manche perdue 29 à 31. Un petit regain physique qui ne leur aura pas permis de faire la différence devant l'un des favoris du championnat, désormais seul leader du groupe avec Saint-Quentin.

L'entraîneur Slava Kreskine était logiquement très déçu du résultat de son équipe. « On peut avoir beaucoup de regrets sur ce match car si face à Nice il n'y avait rien à dire, là les gars pouvaient faire quelque chose de bien et ils n'ont pas su en profiter. On manque certes encore un peu d'expérience mais on avait mis un bon de système de jeu en place, après étude de la vidéo, pour les contrer. Une tactique qui était selon moi très efficace. Seulement les joueurs ne l'ont pas forcément bien appliqué durant la rencontre. À commencer par les services qui étaient quasiment tous dirigés sur le seul libéro. L'équipe a encore une fois été trop tendre avec l'adversaire ».

Malgré Jan Svoboda

On retiendra évidemment ce deuxième set que les Vannetais avaient abordé par le bon bout (6-1), en s'appuyant notamment sur le bras du Tchèque Jan Svoboda, le seul à être véritablement sorti du lot samedi soir. Durant celui-ci, le nouveau pointu vannetais a enquillé pas moins de 10 points permettant aux siens de prendre un avantage certain sur leurs homologues vauclusiens (12-4). Mais petit à petit les coéquipiers de Féret, qui a peu joué samedi avec ses centraux Kuchar et Vujicic, vont se laisser aller à trop de facilité et laisser les Avignonnais refaire leur retard. Pire ! Ils vont carrément rater trois balles de set consécutives puis une quatrième dans la foulée (26-25) avant de céder sous les coups de boutoir de l'attaquant et meneur d'hommes d'Avignon, Ossosso (meilleur marqueur du match avec 20 points). « C'est impardonnable. On ne doit pas perdre une manche de la sorte. Une opportunité comme ça, face à l'une des meilleures équipes de groupe, on n'en aura sûrement pas beaucoup... C'est rageant ».

Un deuxième set décisif

Les Vannetais pouvaient en effet nourrir alors de gros regrets car avec le gain de cette manche les choses auraient sans doute été bien différentes. À une manche partout le VVB aurait repris confiance en lui et profiter ainsi pleinement de la rentrée de son attaquant croate, Nojic, resté jusqu'alors sur le banc (inexistant à Nice) ! Sa rentrée tardive ici ne changera rien à l'issue de ce match qui se sera finalement résumé à quelques minutes de pression intense sur une fin de set encore mal négociée par le groupe morbihannais. La déception et l'amertume passées, le coach vannetais a retenu néanmoins quelques points positifs. « Je pense malgré tout que l'équipe a pris un peu d'assurance et qu'elle sait davantage aujourd'hui qu'elle est capable de faire jeu égal avec les meilleures formations. Je retiendrai aussi la bonne performance de Jan (Svoboda) qui, s'il a encore un peu de travail à faire au niveau des passes, a montré qu'à son poste il était redoutable ». Sans doute faudra-t-il à nouveau compter sur lui pour mettre à mal la défense cantilienne le week-end prochain à l'extérieur avant un deuxième déplacement à Marseille, surprenant vainqueur de Nice à domicile (3-2).

Samedi soir à Vannes, salle omnisports de Kercado.

VANNES - AVIGNON : 0-3 (19-25, 29-31,19-25) 450 spectateurs environ. Arbitres : MM. Guignard et Rozalski. Points marqués : 148 points marqués.

VANNES : 67 points dont 22 sur fautes adverses ; 40 attaques gagnantes (Svoboda, 18) ; 4 contres (Vujicic, Svoboda, Kuchar, Féret) ; 1 ace (Jérôme) ; 25 fautes dont 6 au service.
Six de départs : Féret (cap., 1), Svoboda (19), Jérôme (6), Genevé (6), Kuchar (5), Vujicic (3). Libéro : Godefroy. Entrés en jeu : Boutin, Agnithey (3), Nojic (2), Creisméas. Entraîneur : Slava Kreskine.

AVIGNON : 81 points dont 25 fautes adverses ; 43 attaques gagnantes (Ossosso, 17) ; 9 contres (Birau, 4) ; 4 aces (Ruiz, Ossosso, Vergoz, Birau) ; 22 fautes dont 12 au service.
Six de départs : Ruiz (1), Deniz (12), Ossosso (20), Vergoz (4), Vallée (6), Birau (11). Libéro : Peironet. Entrés en jeu : Teno, Taghin, Zimakijevic. Entraîneur :
José Amet.

G. D.

Source : Le Télégramme/via le site de vannes

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Mer 10 Oct - 11:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nouvelle désillusion pour les hommes de Nénad Djordjevic, impuissants
face au promu corse, hier soir, à Steredenn.
:Jérôme Fouquet


Volley-ball : Les Corses plongent Saint-Brieuc dans le doute
Pro A. Saint-Brieuc - Ajaccio : 0-3.


Défaillants au service et incapables d'élever leur niveau de jeu, les Briochins ont sombré face au promu.
« J'avais dit que ce serait l'équipe qui en voudrait le plus qui gagnerait. » Jean-Charles Monneraye avait vu juste. Au terme d'une soirée morose, le central de Saint-Brieuc ne pouvait que constater les dégâts. « Il faut reconnaître qu'au niveau de l'engagement, Ajaccio nous a été supérieur. » Et hier soir, il aurait fallu être aveugle pour s'apercevoir du contraire. Les Corses avaient les crocs et affichaient d'entrée un appétit d'ogre. Malgré une entame favorable aux Briochins (6-2), les partenaires de Kovalenko mettaient très vite la machine en route et revenaient à 7-6 avant de prendre les devants 10-12.

Monneraye et Radovic réveillaient quelque peu les ardeurs locales, les deux centraux alignaient quatre points consécutifs pour s'échapper à 14-12 sur un service de Curovic. Mais en face, la défense faisait merveille. Les insulaires se jouaient d'un mano a mano excitant (15-15 puis 19-19) pour accélérer brutalement sous l'impulsion d'un Vega Diaz des grands soirs. L'Espagnol plantait trois smashes d'affilée dans le rectangle bleu pour faire le trou (21-23) et empocher le gain du premier set (22-25).

Ajaccio s'échappe

Le promu était-il en surrégime ou avait-il tout simplement retrouvé les bonnes sensations de fin de saison dernière ? Boulc'h apportait une partie de la réponse au début de la deuxième manche en bonifiant le travail de Kovalenko, excellent à la réception (9-11 puis 13-14). Dans la dynamique du premier set, Ajaccio faisait la course en tête, même si les Briochins recollaient au score par l'intermédiaire de Radovic, très présent au contre ou encore par Curovic efficace en pointe (17-17).

Weick, toujours à l'affût, permettait à Saint-Brieuc de maintenir le bateau à flots (22-23, 24-24), mais une nouvelle accélération, impulsée par Vega Diaz, était fatale aux Bretons qui baissaient pavillon sur un ultime contre de Boulc'h (24-26).

Les Briochins impuissants

Sous les yeux de Ndaki M'Boulet et de Bunford, deux de ses anciens joueurs toujours sans club, Saint-Brieuc subissait la loi des Corses habités d'une rage de vaincre et d'un enthousiasme débordant. Le début du troisième set confirmait la tendance. Radovic, toujours aussi précieux au contre et le capitaine Pesl avaient beau s'accrocher aux branches, Ajaccio menait la danse. Malgré un timide réveil des locaux (13-11), les coéquipiers de Saade repartaient de plus belle pour mener 16-19 puis 20-22.

Vega Diaz faisait une nouvelle fois parler la poudre devant un Nénad Djordjevic médusé. « C'est dur à avaler, glissait les larmes au bord des yeux Vladislav Mandic. Si on avait attaqué le premier set plus en confiance, la donne aurait été différente. » À la sortie du terrain, Jean-Charles Monneraye voulait entretenir l'espoir. « On est des professionnels, on est là pour réagir. Ce n'est pas une défaite qui doit nous arrêter. Il faut tout de suite se remobiliser et repartir de l'avant. » Deux déplacements à hauts risques attendent pourtant Saint-Brieuc, dès samedi à Sète et une semaine plus tard à Rennes. Il faudra aux hommes de Nénad Djordjevic trouver les ressources mentales nécessaires pour surmonter cette cruelle désillusion.


Loïc TACHON

et Jean-Louis COURSON.


SAINT-BRIEUC - AJACCIO : 0-3 (22-25, 24-26, 23-25).

500 spectateurs.
Points marqués : 145 (69 + 76).
Durée : 1 h 30.

SAINT-BRIEUC : 1 ace (Curovic), 6 contres (Radovic 2), 43 attaques gagnantes, 26 fautes (11 au service).

Six de départ : Pesl (cap. 9), Weick (1), Boriskevitch (6), Monneraye (7), Curovic (20) ; Radovic (3), puis Evtoukhovitch, Mandic (4), Polic. Libero : Rossillol.

Entraîneur : N. Djordjevic.

AJACCIO : 3 aces, 5 contres (Boulc'h 4), 42 attaques gagnantes, 16 fautes (7 au service).

Six de départ : Saelens (1), Saade (16), Kovalenko (12), Vega Diaz (12), Morales, Boulc'h (8), puis Kobilski (cap. 1). Libero : Lanta.

Entraîneur : F. Ferrandez.

source/Ouest-France


Volley. St-Brieuc - Ajaccio (0-3) : Cela risque de se corser

Les Briochins n’ont toujours pas décollé, hier, dans leur salle de Steredenn. Les Ajacciens, vainqueurs de leur premier match, en trois manches qui plus est, en ont voulu davantage. Les joueurs de Nenad Djordjevic doivent impérativement réagir à Sète, samedi.
C’était le match à ne pas perdre. Comme Asnières et Narbonne, Saint-Brieuc et Ajaccio étaient à la recherche de leur première victoire, hier, à l’occasion de cette quatrième journée. La première manche, conclue 25-22 par les Corses, était à l’image du début de saison des Costarmoricains : ces derniers alternaient du bon, avec notamment Iouri Boriskevitch efficace en bout de filet, et de l’à-peu-près avec des erreurs en réception. Ils avaient pourtant semblé trouver la bonne carburation, à mi-set, en passant une série de quatre points à leurs adversaires (10-12,14-12), mais ils retombaient dans leurs travers. Pico Pesl et ses coéquipiers subissaient le jeu d’une formation solidaire et agressive. Ajaccio se détachait au score au meilleur des moments, après une égalité à 18. Le réceptionneur-attaquant Juan Carlos Vega Diaz, qui s’en était donné à coeur joie en bout de filet, concluait le set d’un smash rageur au centre.

Pas dans le bon tempo

Les Ajacciens étaient sur leur élan à l’entame du deuxième round (7-8). La révolte des locaux, avec notamment le central Vladimir Radovic et le pointu Petar Curovic, n’était que sporadique. Alors que les deux équipes étaient au coude à coude (14-14,17-17), Saint-Brieuc commettait des fautes, trop de fautes (26 fautes dont 11 au service sur l’ensemble de la partie). Si le pointu Saade et Vega Diaz avaient été les hommes du premier acte, Alexander Kovalenko et Hervé Boulc’h prenaient les choses en main en cette fin de manche. Boulc’h faisait bien des misères à son ancien club en convertissant la deuxième balle de set des siens (24-26). Malgré la rage de Vladislav Mandic, Saint-Brieuc ne semblait jamais en mesure de trouver le bon tempo, au contraire d’Ajaccio. Les protégés de Frédéric Ferrandez s’imposaient finalement en trois sets, 23-25 dans le dernier. Ils signaient leur premier succès de la saison, laissant les Briochins de Nenad Djordjevic à leurs interrogations et à... quatre points.


Saint-Brieuc - Ajaccio : 0-3 (22-25, 24-26, 23-25).
SAINT-BRIEUC - AJACCIO : 0-3 (22-25, 24-26, 23-25). Salle Steredenn, 500 spectateurs environ. Arbitres : MM. Derégnaucourt et Bernard. Points marqués : 145.
SAINT-BRIEUC : 69 points dont 16 sur fautes adverses; 43 attaques gagnantes (Curovic, 17), 6 contres (Radovic, 2), 1 ace (Curovic); 26 fautes dont 11 au service. Six de départ : Weick (1 point), Curovic (19), Pesl (9), Boriskevitch (6), J. -C. Monneraye (7), Radovic (4). Libéro : Th. Rossillol. Entrés en jeu : Evtoukhovitch, Mandic (4), Polic. Entraîneur : N. Djordjevic.
AJACCIO : 76 points dont 26 sur fautes adverses; 42 attaques gagnantes (Saade, 15), 5 contres (Boulc’h, 4), 3 aces (Saelens, Vega Diaz, Saade); 19 fautes dont 7 au service. Six de départ : Morales, Saade (16 points), Vega Diaz (12), Kovalenko (12), Boulc’h (8), Saelens (1), Libéro : D. Lanta. Entré en jeu : Kobiljski (1). Entraîneur : F. Ferrandez.

source/le télégramme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

VOLLEY-BALL
Tourcoing l’emporte dans la douleur à Asnières


Tourcoing a réalisé l’essentiel en l’emportant 3-1 sur le terrain d’Asnières. Cependant la prestation du TLM fut loin d’être parfaite face à la lanterne rouge qui n’a pas déméritée.

Tourcoing prend le match par le bon bout. Rapidement, les hommes de Marcelo mènent au score (6-3, 10-8, 17-14, 18-16). La formation Nordiste joue juste. Duhagon, Tolar ou Maréchal sont le plus souvent à la conclusion des actions, en bout de fil ou au centre. La formation d’Asnières ne se laisse pas abattre pour autant et remonte petit à petit grâce aux blocs gagnants de Senger et Frontin et aux attaques tranchantes de Moreau. Les locaux vont même jusqu’à mener 23-21. À cet instant, Lavallez entre sur le terrain et remet son équipe à flot par un ace tout d’abord, puis sur un service flottant conclu par Maréchal. Après deux premières balles de set (24-23, 25-24), Barca-Cysique offre le set à son équipe (25-27).

Pas démoralisé pour un sou, Asnières repart de l’avant sous l’impulsion de Moreau, véritable baromètre de l’équipe. Jusqu’à 16-16, les deux formations se répondent au coup par coup que ce soit avec Maréchal et Duhagon pour les visiteurs ou avec Mrozek et Moreau pour les locaux. Après le deuxième temps mort technique, Asnières appuie sur l’accélérateur. Deux contres de Senger et Frontin, deux attaques croisées de Moreau et les deux équipes se retrouvent à un set partout (25-22).

La troisième manche est la copie conforme de la seconde en de nombreux points. Asnières défend bien et les passes de Takaniko et Roure trouvent Mrozek et Moreau en bout de fil. Du même coup les pensionnaires des Hauts-de-Seine tiennent la dragée haute à Tourcoing (16-16). Deux attaques, un ace et Asnières file vers le gain du set (19-16, 22-20). L’expérience et le calme de Tourcoing tranche avec l’envie et la précipitation des hommes d’André Patin. Les Tourquennois reviennent au score (22-22). Supérieur à une équipe d’Asnières fébrile, Tourcoing empoche le troisième set 25-22 conclu par Petkovic.

Sloboda en bon capitaine

Le quatrième set se doit d’être le dernier. Tourcoing n’a pas d’énergie à gaspiller quatre jours avant la réception de Tours et surtout les Nordistes doivent impérativement ramener trois points. Sloboda en bon capitaine montre l’exemple en marquant le premier point. Mais Asnières ne se laisse pas faire et fait tout pour accrocher un cinquième set. Mrozek et Moreau usés, Senger et le jeune Traoré prennent la relève. Ce dernier, plein de jus, enchaîne des attaques croisées qui laissent les Tourquennois pantois. Le match est on ne peut plus serré (8-8, 16-16, 20-20) et il faut toute l’expérience et la vista des Nordistes pour l’emporter sur un ultime point d’Alexandre Sloboda. •

source/la voix des sports

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 10/10/2007
Le CVEC doit se forger un mental… et vite !


L’heure n’est pas à la crise au CVEC. Mais pour éviter que le doute ne s’installe, joueurs, entraîneurs et dirigeants se sont parlés lundi soir, à la salle Pasteur. Mais juste pour « recadrer les choses » précise Jean-Michel Machut, le président.
Contre Martigues, il y a quinze jours (défaite 1-3), les Cambrésiens étaient tous passés au travers. Chose qui peut parfois arriver dans une saison.
En revanche, samedi soir à Dunkerque (défaite 3-2), si le CVEC a retrouvé des couleurs, des comportement ont agacé.
En ligne de mire, l’incapacité cambrésienne, d’une part, à concrétiser l’une « des quatre balles de match que nous nous sommes procurés dans le 4e set » dixit Jean-Michel Machut. Et plus particulièrement celle qui, sur une relance, s’est achevée par une passe complètement ratée. Et d’autre part, le carton jaune reçu par Raymond Aso dans le tie-break. Un tirage du filet… à 14-13, qui a donc offert la victoire aux Maritimes.

« Cette réunion, explique le président Machut, ce n’était pas pour mettre les joueurs face à leurs responsabilités. Il y a juste eu un petit débat parce qu’on ne peut pas admettre certaines choses. On ne peut pas accepter certains agacements, fautes professionnelles, à des moments importants du match. Il faut savoir se contenir. Le but, c’était donc de favoriser une prise de conscience collective. » Ce que se tue d’ailleurs à essayer de faire comprendre à ses joueurs le coach cambrésien.

Très tôt, Christophe Haffner a en effet flairé ce « manque de caractère » au sein de son équipe. « L’an passé, regrettait-il hier encore, on avait Vlad (Mandic) qui n’hésitait pas à la ramener. Or là, on ne se dit rien ! Alors être copain, c’est vrai, c’est bien. Mais bon, il y a des moments où il faut être plus exigent envers soi-même et les autres. Et ça, c’est vrai dans le sport comme dans la vie de tous les jours. C’est ce que je leur ai dit. »
Reste maintenant à espérer que ses joueurs auront intégré. Car Saint-Quentin, 2e, puis Maromme, 13e, et Chaumont 3e, se profilent déjà à l’horizon. Et face à de telles équipes, il faudra forcément être en possession d’un mental de « guerrier » pour espérer relever le défi.

F. B.

source/la voix des sports/via le sitede cambrai

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Mer 10 Oct - 20:17

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

source l'indépendant/ via le site de l'uvbn

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Ven 12 Oct - 11:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Après deux défaites consécutives, les Vannetais d'Igor Jérôme espèrent
pouvoir lancer leur saison en Normandie samedi soir.
:Gwénaël Mahé


Volley-ball : Jérôme : « Il nous faut rapidement une victoire »


Pro B. Canteleu - Vannes, samedi (18 h). Le réceptionneur-attaquant vannetais retrouvera une équipe normande, promue elle aussi. Et qui avait fait souffrir les Bretons la saison dernière.

Igor Jérôme, la saison passée, l'équipe de Canteleu (seconde au classement final) battue deux fois au jeu décisif, vous avait fait souffrir pour obtenir votre titre de champion de France de Nationale 1 et votre accession en Pro B. Vous souvenez-vous de ces deux rencontres très accrochées ?
Face à une équipe qui montait de N2, c'était un peu une surprise de les voir aussi bien jouer. Je me souviens surtout des deux jeux décisifs remportés vraiment sur le fil.

Vous vous déplacez salle Calmat dans une ambiance toujours très chaude avec un public proche du terrain. Cela vous gêne-t-il ?

Cela ne va pas nous gêner, par contre les joueurs de Canteleu vont se trouver avec une très grande motivation.

Le recrutement de l'équipe normande semble important et de qualité. Êtes-vous renseigné à ce sujet ?

Je sais qu'ils ont recruté Bruno Château (ex-Paris Volley, Pro A), Cantamessi ex-Chaumont Pro B (suspendu six mois pour contrôle antidopage positif au cannabis sous le maillot de Chaumont), et un bon passeur pour suppléer Cantamessi, Maxime Mourier (ex-Dunkerque, Pro B). Ils doivent avoir un groupe assez costaud.

Comment jugez-vous le Vannes VB version 2007-2008 et ses recrues ?

Les recrues sont bonnes avec notamment Svoboda qui a été très bon au contre face à Avignon. Il nous reste à trouver le rythme et des bonnes conclusions en fin de set.

Cette saison, les méthodes d'entraînement et de récupération ont-elles changé ?

Il y a deux seuls changements avec un entraînement supplémentaire le jeudi midi et une séance de récupération chez Somao le dimanche matin.

Avant les matchs, votre entraîneur Slava Kreskine a-t-il modifié son discours par rapport à la saison dernière ?

Le coach nous demande surtout de prendre plus de risques au service par rapport à la dernière saison et de jouer avec beaucoup de rythme.

Qu'avez-vous travaillé cette semaine après la défaite encourageante contre Avignon ?

Nous avons bossé sur les services, sur les réceptions et aussi sur le bloc défense.

Croyez-vous en l'objectif annoncé de finir dans les cinq premiers ?

Je crois au maintien. Après on verra au fil des résultats. Il nous faut absolument vite une victoire pour prendre encore plus de confiance.

Le Vannes VB et Canteleu sont dans la même situation, deux défaites dont une contre Avignon sur le même score 0-3, derniers du classement avec zéro point. Qui va débloquer son aspect comptable samedi soir ?

J'espère bien que nous allons gagner chez les Normands. Après un premier succès, je suis persuadé que nous pouvons battre tout le monde dans notre championnat.


Igor Jérôme en bref. 28 ans, 1,92 m, réceptionneur-attaquant, à Vannes depuis 2004.

source/Ouest-France

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Sam 13 Oct - 11:43

Volley-ball : Une réaction d'orgueil est attendue à Sète

Pro A. Sète - Saint-Brieuc, ce soir (18 h 30). Au régime sec depuis l'ouverture, les Briochins se doivent retrouver l'appétit et ne pas jouer les ascètes à Sète.
Pour les Briochins, la chasse aux points devait, de l'avis de tous, démarrer avec la réception d'Ajaccio à Steredenn mardi dernier. Et bien, c'est raté ! Saint-Brieuc affiche toujours, tout comme Asnières, un zéro pointé au classement. Et plus grave, le premier non relégable compte déjà quatre points d'avance sur le duo costarmo-parisien. On comprend donc que le réveil a été brutal mercredi matin quand l'entraîneur Nénad Djordjevic a convoqué ses troupes pour leur parler dans le blanc des yeux. Avant que le président ne vienne en rajouter une couche. Car il ne faut pas se voiler la face, l'heure est grave. « C'est vrai, la série de matches de préparation a contribué à créer un climat de douce euphorie. Moi, j'avais pris soin de mettre tout le monde en garde sur la valeur de ces tests. La réalité du championnat nous a remis brutalement les pieds sur terre», expliquait hier Nénad Djordjevic du TGV qui les conduisait à Sète.

Mais si les trois premiers résultats face à Toulouse, Tourcoing et Poitiers semblaient dans la logique des choses, le comportement du groupe briochin face à Ajaccio n'est pas excusable. Au-delà du résultat, c'est le comportement individuel et collectif de l'équipe qui a suscité l'irritation du président. « Même si on n'est sportivement pas en réussite, on se doit au moins de rester professionnel ». Un jugement sans appel qui a pour but de susciter une réaction d'orgueil individuelle et collective. Au complet, le groupe briochin n'aurait pas d'excuses ce soir, en présentant une copie aussi indigente que mardi dernier. Au-delà du résultat, c'est dans la manière qu'on jugera si Saint-Brieuc peut encore continuer à rêver...

Julien Anton en face

Passeur de la formation costarmoricaine la saison dernière, Julien Anton a mis en juillet le cap sur le Sud. « Je comptais rester plusieurs saisons à Saint-Brieuc, mais l'opportunité d'un grand projet sportif m'a amené à partir. Les dirigeants et l'entraîneur de Saint-Brieuc ont très bien compris mon choix,» confiait-il hier au téléphone. Un projet sportif ambitieux puisque Sète vise une place européenne en fin de saison. D'où l'obligation de faire le plein de points, ce soir, devant Saint-Brieuc. « En dehors du fait que j'aimerais par ma production me rappeler au bon souvenir de Saint-Brieuc, je considère cette rencontre comme les autres. Mon but est de proposer à mes partenaires un style de jeu rapide et varié et d'aider le collectif à continuer à monter en puissance». Car ce groupe jeune, à l'image du pointu A. Groussiault (18 ans) qui remplace le titulaire Mistoco arrêté jusqu'en janvier, ou A. Ragondet (également 18 ans) a encore une grosse marge de progression. Le confirmer ce soir sera l'objectif. Voila les Briochins prévenus.

source/Ouest-France

Volley-ball Saint-Louis au courage

Le déplacement à Nice pour la 3e journée de Pro B s’annonce hors de portée des Ludoviciens aujourd’hui (18 h). Impossible n’est cependant plus d’actualité.
Les rugbymen tricolores ont tracé une voie face aux All Blacks, dont les Haut-Rhinois peuvent s’inspirer sur la Côte d’Azur. Dans les Alpes-Maritimes, les Ludoviciens n’ont en effet rien à perdre, bien au contraire lors de ce match dont l’horaire a été avancé à 18 h pour cause de Coupe du monde de rugby.
Après avoir limité les dégâts (2-3) face à Saint-Nazaire, le Saint-Louis VB va tenter d’imiter Marseille. Les Phocéens ont réussi le tour de force à faire basculer la rencontre de la semaine passée lors d’un quatrième set de folie (31-29), et ce alors que les Azuréens menaient 24-19, avant d’enfoncer le clou lors de la manche décisive (15-9).
Les Niçois sont cependant avertis et fort revanchards pour reprendre une marche en avant. Les nombreuses allées et venues à l’intersaison nécessitent cependant encore un temps de rodage, comme pour Saint-Louis en quête d’automatismes offensifs. L’alternance entre les passeurs samedi dernier est assez révélatrice d’un groupe en quête d’un déclic, bien plus qu’un point acquis face aux Ligériens.
« On a vraiment envie de montrer quelque chose, il nous faut un résultat, appuie l’entraîneur Darek Blonski. Il va falloir être courageux, un petit peu comme contre Alès. Si on les attend, on va subir comme aux premier et quatrième sets dans le Gard, mais si on affiche plus de mordant, tout est possible ». Sans toutefois se voiler la face. « Nice est un club qui descend de Pro A, avec un budget qui n’est pas loin de celui pour évoluer au plus haut niveau. C’est très costaud, homogène avec un Seychellois (Ndlr : Ian Furneau) aux qualités physiques exceptionnelles. Le potentiel est là, il est supérieur au nôtre ».
Comme en Coupe du monde, où les Français n’étaient pas favoris face aux Néo-Zélandais, les Haut-Rhinois vont débarquer sur la Côte d’Azur sans complexe. D’ailleurs, les habitudes des déplacements sont bouleversées. Au lieu de faire une halte la veille au soir, les Ludoviciens ont filé directement jusqu’à Nice hier soir. Et l’horaire avancé de la rencontre ne permet pas aux Alsaciens d’effectuer un décrassage ce matin, le repos étant privilégié. Il en faut quelque peu pour certains joueurs à ménager. Le central César Cottini a repris l’entraînement jeudi soir, mais il ne devra pas être sollicité à 100 % aujourd’hui. De même le pointu Srjdan Ristic a subi quelques douleurs à l’épaule, ce qui l’a écarté des entraînements de la deuxième partie de la semaine. Et c’est avec une fraîcheur indispensable que les Ludoviciens vont aborder cette rencontre, où ils n’ont rien à perdre. « Il faut qu’on se lâche au service et qu’on s’applique en défense du côté de nos relances », insiste Darek Blonski.

Gilles Legeard

source/l'alsace

La Voix du Nord - 13/10/2007
VOLLEY-BALL
Le TLM veut se payer Tours dans une ambiance de fête…



Alexandre Sloboda vous le dira mieux que quiconque : « Tours, ce n’est plus la même équipe ». Car du temps où le néo-capitaine tourquennois était un pilier du champion d’Europe 2005, il ne reste guère plus que le Serbe Boskan.

Et entre Slobodan et Sloboda, il y aura encore beaucoup de respect, ce soir, de part et d’autre du filet. Mais maintenant qu’il est redevenu tourquennois, après cinq saisons en Indre-et-Loire, le Franco-Brésilien offrirait bien le scalp tourangeau à son public.

Ce dernier n’a, depuis la saison 2000-2001, jamais vu le TLM battre Tours à la maison. Six saisons de camouflet en tout genre, hormis deux incartades à l’extérieur (le 26 octobre 2002 et le 2 avril 2005) : il est peut-être temps, d’autant que le TLM carbure actuellement au super… « Alex » le reconnaît volontiers : « Pour l’heure, nous avons bien fait le boulot, mais être leaders, ça ne veut pas dire grand-chose, mais c’est déjà un premier pas pour rester longtemps en tête. » Au travers de ses propos, on sent une confiance, juste celle, honnête, qui permet de ne pas déraper dans l’optimisme béat. « Le plus important , poursuit-il, c’est qu’à la fin du championnat, nous soyons le plus près possible du sommet, à défaut d’être en tête… »

Toujours invaincu !

Sloboda sait que son équipe jouera une importante partie ce soir. « Nous sommes prêts pour une bataille très serrée. Nous savons que ce ne sera pas facile même si, actuellement, ça ne tourne pas très rond chez eux. » Deux victoires, deux défaites pour le vice-champion d’Europe en titre : le bilan a, pour l’heure, les relents d’un passé tourquennois guère lointain. Le TLM qui, seule équipe invaincue du championnat, caracole en tête… « Notre objectif est de gagner tous les matchs à la maison ; Tours est donc sur la liste… Ensuite, c’est à nous de faire en sorte de ne pas mettre la machine adverse en route. » À bon entendeur... •

DIDIER PARSY

TOURCOING-LM - TOURS, ce soir (18 h 30, salle Pierre-Dumortier).
– Les autres rencontres : (hier) Toulouse - Paris : 3-1 ; (ce soir) Poitiers - Asnières, Montpellier - Narbonne, Beauvais - Cannes, Sète - Saint-Brieuc.

source/lavoix des sports

La Voix du Nord - 13/10/2007
Conscient du potentiel du CVEC, Galin Radichkov prône toutefois la patience


Vladislav Mandic parti pour d’autres cieux cet été, la grande interrogation, en ce début de saison, était de savoir qui, dans les rangs cambrésiens, allait bien pouvoir jouer le rôle de locomotive au sein du groupe. Si pour l’heure, cette question reste plus que jamais en suspens (notre édition de mercredi), Galin Radichkov, qui s’est vu confier le brassard de capitaine, prône toutefois la patience. « Ça va venir » dit-il.
PAR FABRICE BOURGIS

Cette « responsabilité supplémentaire », le pointu du CVEC se dit en effet prêt à l’assumer. Mais « la dernière fois que j’étais capitaine, se défend-il, cela remonte à dix ans ». L’homme, dont la sympathie et la gentillesse sont appréciées de tous au CVEC, réclame donc un petit peu de temps. « Hériter de ce brassard de capitaine, explique-t-il, ça me fait très plaisir. Mais c’est beaucoup de responsabilités derrière. » Depuis le début de la saison, le pointu bulgare, déjà très occupé aux avant-postes, semble d’ailleurs s’être plongé dans un gros travail mental. Il commence à se faire entendre, il commence à oser. « C’est vrai que cette équipe manque un peu de caractère, ajoute-t-il. Mais pendant la préparation, nous nous sommes bien battus ! Or la préparation, ça n’était pas le championnat. Et je pense qu’on s’est un peu crispé lors du premier match à la maison. On n’a pas réussi à se libérer. » Lui le premier.

« On va s’en sortir »

Entouré d’une majorité de « jeunes » joueurs, Galin Radichkov se veut toutefois rassurant, même s’il a conscience qu’il peine encore à assumer ce rôle de meneur. « Je n’y arrive pas encore, confirme-t-il, mais ça va aller. Je suis confiant. Ratko (Peris) m’aide beaucoup, on essaye de gérer cette responsabilité à deux (…) Et on va s’en sortir ! » Simplement, « cette saison, précise-t-il, toutes les équipes se sont renforcées et on sait qu’il va falloir bagarrer jusqu’au bout pour s’en sortir ». « L’équipe a certes un gros potentiel, mais elle manque d’expérience. » D’où l’obligation pour elle a vite voir émerger un guide en son sein, au risque que chacun n’en fasse qu’à sa tête, au détriment du collectif. Mais ça, Galin Radichkov l’a bien compris. « Ce qu’il faut, avance-t-il, c’est qu’on continue à bien travailler à l’entraînement, qu’on pense d’abord à faire de bons matchs avant de penser à nos adversaires, et surtout, qu’on s’encourage tous ensemble car des moments difficiles, on peut tous en traverser. » Protéger ses partenaires tout en les invitant à prendre des initiatives salutaires pour le groupe, Galin Radichkov est donc sur la bonne voie. Ne reste plus qu’à ses partenaires à l’aider aussi dans sa tâche. C’est à dire à l’écouter, à le respecter. Bref, à le mettre en totale confiance. Lui et Ratko Peris, aussi. Car vu le palmarès et le parcours de l’ex-Martégal et International croate, il y a forcément un tas de choses à apprendre à jouer à ses côtés.

Pro B (J3) : Cambrai (10e) - Saint-Quentin (2e), aujourd’hui à 18 h à la salle Vanpoulle.

– Pour Cambrai : Altavilla, Poutrain, Doué, Peris, Radichkov, Ces, Belhache, Aso, Naveteur. Entraîneur : Christophe Haffner.

– Pour Saint-Quentin : Hébert, Donat, Morelle, Dukic, Simin, Bird, Tonemassa, Tupou, Meyer, Beclin, Gosselin. Entraîneur : Gabriel Denys.

source/la voix des sports

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Sam 13 Oct - 11:44

Volley-ball : La victoire ou la lanterne pour les Vannetais


Pro B. Canteleu-Maromme - Vannes, samedi (18 h). Les deux derniers du classement s'affrontent ce soir en Haute-Normandie. Deux promus en quête d'un premier succès.
Cette fois, le championnat démarre vraiment. Après avoir vu filer devant eux les deux étoiles annoncées de la Pro B, Nice et Avignon, les Vannetais entrent dans le vif du sujet à Canteleu. Car après deux défaites sur lesquelles il n'y a rien à redire (sur le score de 3-0), les Bretons sont cette fois dans l'obligation de gagner face à un autre promu. Histoire de décrocher leurs premiers points dans la sphère professionnelle et de quitter la dernière place.

En clair, ce soir, c'est une victoire ou la lanterne... rouge s'entend. Slava Kreskine ne s'y trompe d'ailleurs pas, c'est sur ce type de matches que se gagnera, ou non, le maintien : « C'est un match important face à un adversaire qui vient de Nationale 1 comme nous. Il nous faut gagner à tout prix, même là-bas. Nous serons dans des conditions idéales (les Vannetais sont partis hier soir), à nous d'en profiter. »

Tenir le rythme

Les progrès entrevus face à Avignon, malgré la défaite, doivent trouver leur confirmation en Haute-Normandie. A condition de réduire le nombre de points donnés à l'adversaire. « J'ai vu des progrès face à Avignon mais nous avons encore pas mal de déchet. Nous devons nous débarrasser de ces fautes directes (16 contre les Provençaux) car sinon, nous serons toujours pénalisés » avertit Kreskine.

La période de rodage n'est pas encore terminée pour le Vannes VB mais le coach kazakh, qui devra se passer des services de Petr Kuchar, se félicite déjà de la cohésion de son groupe : « Les joueurs se parlent, sont capables de se dire les choses, de gueuler même parfois quand c'est nécessaire. L'équipe vit et c'est important. A moi, après, de structurer tout cela. Il faut renforcer cette cohésion. Nous devons avoir l'intelligence de nous adapter à toutes les situations. » Jouer avec la tête autant qu'avec son physique, comme le réclamait le technicien vannetais après la défaite à Nice.

C'est peut-être là que se fera d'ailleurs la différence face à une équipe normande fortement remaniée (huit nouveaux joueurs sont arrivés) qui, après avoir été dominée par Avignon (0-3), a pris un set à Saint-Quentin lors de la dernière journée. « J'ai pu voir cette équipe grâce aux vidéos que nous met à disposition la Fédération. C'est une formation qui, comme nous, a besoin de trouver de la cohésion. L'équipe qui fera le moins de fautes directes l'emportera. A nous d'être performants et notamment en fin de set où nous avons parfois du mal à tenir le rythme. » Il le faudra pourtant ce soir pour lancer la saison vannetaise.

Frédéric HERVÉ.



AL CANTELEU-MAROMME. Attaquants : Ostrihon (2 m, 30 ans), Château (1,92 m, 29 ans). Réceptionneurs/Attaquants : Carrez (1,84 m, 25 ans), Douteau (1,91 m, 25 ans), Milosevic (1,96 m, 31 ans). Centraux : Eclar (1,95 m, 30 ans), Bosqui (1,95 m, 25 ans), Vavrek (2,08 m, 34 ans). Pointu : Grossin (1,95 m, 29 ans) Passeurs : Couturier (1,84 m, 19 ans), Mourier (1,90 m, 20 ans). Libéro : Graulière (1,75 m, 22 ans). Entraîneur : Wotjek Fabianczyk.


VANNES VB. Réceptionneurs/Attaquants : Genevé (2 m, 23 ans), Nojic (1,94 m, 24 ans), Jérôme (1,92 m, 29 ans). Centraux : Creisméas (1,95 m, 26 ans), Vujicic (2,01 m, 25 ans). Pointus : Svoboda (2,02 m, 30 ans), Agnithey (1,93 m, 25 ans). Passeurs : Féret (1,88 m, 29 ans), Boutin (1,81 m, 25 ans). Libéro : Godefroy (1,90 m, 23 ans). Entraîneur : Slava Kreskine.
Arbitres : MM. Morchoisne et Gadenne.

source/Ouest-France

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Roger Vallée et ses joueurs chercheront,
ce soir, à confirmer le succès arraché de haute lutte
la semaine dernière en Alsace. :Bruno Bouvry


Volley-ball : Le Saint-Nazaire VBA jongle avec le rugby

Pro B. Saint-Nazaire VBA - Aix, ce soir. Le SNVBA tentera de confirmer à domicile devant Aix en prélude d'un autre évènement majeur.
D'ordinaire, à Saint-Nazaire, ovalie et volley font plutôt bon ménage. Ce samedi, les deux disciplines phares de la ville se marchent pourtant un peu sur les pieds. Coupe du monde oblige, les supporters nazairiens, férus de rugby, seront sans aucun doute devant leur poste sur les coups de 21 h pour suivre avec passion la performance des Bleus en 1/2 finale du rendez-vous planétaire contre l'Angleterre.

Au détriment du volley-ball ? En aucun cas. Jugez plutôt. La rencontre de ce soir, initialement prévue à 20 h, se déroulera finalement à 19 h, pour permettre à tout un chacun de suivre les deux évènements. Mieux encore, l'entrée dans la salle de Coubertin sera même exceptionnellement gratuite. « Que les spectateurs viennent voir le match de volley avant le rugby, ça peut être sympa ! » Roger Vallée, l'entraîneur nazairien, résume parfaitement l'état d'esprit des dirigeants du club. Au vu des premiers matches de la saison, on peut leur donner raison, le SNVBA ayant à chaque fois offert aux spectateurs des matches à rebondissements.

Le premier s'était soldé par une défaite 2-3 à Coubertin face à Marseille après un scénario fou : mené deux sets à zéro dont le premier perdu 34-36 et revenu à deux manches partout en s'imposant 26-24 dans le troisième, le SNVBA s'inclinait au tie-break. Le deuxième par un succès, mais c'était à l'extérieur (3-2 à Saint-Louis).

Robin Tossatto absent

Et pour que ce soit de nouveau le cas, c'est ce soir la formation provençale d'Aix, forte de « ses gros serveurs smashés, puissants », qui vient défier Saint-Nazaire. Après sa récente victoire à Saint-Louis, l'équipe portuaire va « essayer d'enchaîner », selon son coach, face à un adversaire déjà battu à deux reprises lors des deux premières journées. Pour autant, la tâche s'annonce ardue, particulièrement suite à la blessure contractée en Alsace par Robin Tosatto, qui s'est donné une entorse de la cheville, et dont la participation est largement compromise selon Roger Vallée. « Je ne crois pas qu'il jouera, on va essayer de préparer l'équipe sans lui. »

Cela risque de priver les Nazairiens d'une de leurs solutions en réception, secteur où le SNVBA se « devra d'être fort » pour parer efficacement aux mises en jeu adverses, les derniers entraînements ayant d'ailleurs « été axés là-dessus. »

Malgré tout, nul doute que Saint-Nazaire pourra compter sur le soutien massif de ses supporters pour l'aider à se sortir du guêpier. Tout a en tout cas été fait pour...

source/Ouest-France

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
galeizon
National


Nombre de messages : 112
Age : 42
Localisation : Ales en Cévennes
Date d'inscription : 19/08/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 14 Oct - 19:54

Compte-rendu de la rencontre CAC - Martigues par Midi Libre:

" Les joueurs alésiens n'ont pas traîné, hier. Pressés de s'installer, douchés et rassasiés, devant le match de rugby. Et, pour cela, les hommes de Biasio ont littéralement balayé une formation martégale aussi vite résignée que limitée sur le plan physique.
En fait, les Provençaux n'ont résisté qu'un set, le premier, au rouleau compressur cévenol. Radic qui affolait les statistiques la saison dernière, assurait un service minimum avec quatre points alors que dans les rangs cévenols, Marquet ne laissait filer aucune occasion, bien épaulé par Kuck et Sayfulin. A 8-3 puis 16-12, le CAC semblait promis à une promenade de santé. Mais c'est à cet instant que Radic sauvait les apparances et les Martégaux revenaient à deux petites longueurs (22-20). Un seuil qu'ils ne pouvaient franchir et Brizola, un instant rentré sur Kukhar, au centre, concluait sur un contre.
Brizola restait ensuite sur le terrain mais en récep-attaque où Kuck lui cédait sa place. Si le Brésilien avait un peu de mal à trouver ses marques, d'autres se chargeaient d'imprimer le même rythme à la rencontre. On pensait pourtant que Martigues allait faire de la résistance. Mais une balle "coquine" de Basta-Doreto, à 12-11, sonnait le début d'une longue chevauchée. Pendant qu'Ales doublait son capital, son hôte n'inscrivait que trois points. Kukhar se montrait intraitable au contre et Brizola était enfin dans le match: un festival !
A l'inverse de leur première sortie à domicile, contre Saint-Louis, les Alésiens n'ont pas bafouillé leur jeu après la pause. Leur troisième set débutait par un sans-faute de Basta-Doreto qui était même à deux doigts d'assomer Gavan sur une attaque en courte. Au premier temps mort technique, Martigues était à l'agonie (8-2) et ne se remettait pas de ce début de manche totalement transparent.
Sans l'ombre d'un doute, Cernousek et les siens géraient la suite des opérations profitant tout autant de leur efficacité que de la maladresse des visiteurs."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Dim 14 Oct - 21:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 14/10/2007
Pro B : Ah que la victoire est belle quand elle prend un tel caractère !


Voilà une victoire qui devrait faire un bien fou au CVEC ! Et en venant à bout du FLSQ au terme d’un match somptueux, reste maintenant à espérer que les Cambrésiens ont enfin lancé leur saison.

En offrant douze points (fautes directes) sur les seize premiers de la partie inscrits par le FLSQ (14-16), le CVEC ne se mettait pourtant pas dans les meilleures conditions, hier soir, pour espérer refaire surface. Inexistants au bloc, maladroits au service, les protégés de Christophe Haffner, malgré un Galin Radichkov déterminant (5-3), donnaient donc rapidement les commandes du match aux Saint-Quentinois (6-8). Sans trop forcer son talent (10-10 ; 10-12), la bande à Donat semblait alors se contenter de cet avantage (14-18 ; 16-20 ; 20-23). Et bien mal lui en prit puisqu’à trop remettre Cambrai en jeu, elle allait finir par se faire surprendre ! Lorsque Naveteur, au contre, rallumait la flamme cambrésienne (22-23), le FLSQ, soudainement sous pression, allait en effet craquer (25-23).

Contre toute attente, le CVEC surprenait. Incapable de concrétiser une semaine plutôt à Dunkerque (défaite 3-2, après quatre balles de match manquées dans le quatrième set), il se montrait cette fois réaliste. Et il attaquait la deuxième manche tambour battant (1-1 ; 4-1 ; 8-5). Mais Simin, impeccable au contre (9-8 ; 10-10), allait rendre des couleurs aux siens. Bien aidé, il est vrai, par le retour en force des fautes cambrésiennes (11-11 ; 11-12) et un terrible contre de Morelle sur Radichkov (12-14).

Saint-Quentin de retour aux commandes, ça sentait alors le roussi pour Cambrai. Et quand Tonemassa, contreur (13-18 ; 14-18) puis finisseur (14-19), entrait en scène, il était clair que les Axonais ne pouvaient plus laisser filer le set (14-22). Or, l’improbable allait se produire… Suite à une terrible histoire de blocs, signés Doué-Radichkov (16-22 ; 18-22), qui allait donner des idées à Naveteur, monstrueux (23-23 ; 25-25 ; 26-25), puis Doué, retrouvé (28-26).

À 2-0, tout semblait donc étonnamment bien parti pour le CVEC, face au 2e du général. D’autant plus que le FLSQ allait reproduire la même fin de set ! Après avoir compté jusqu’à quatre longueurs d’avance à deux points du match (19-23), Donat et les siens se remettaient en effet à trembler.
Jusqu’à offrir une nouvelle balle de match aux Cambrésiens, après un contre tonitruant d’Aso sur Dukic (25-24). Mais derrière, Morelle égalisait, avant que Bird, au service, épargne à sa troupe une probable terrible soufflante venue du banc (25-27).

Saint-Quentin, récompensé de ses efforts, allait-il enfin savoir enchaîner ? Telle est la question qui allait animer toute la durée du quatrième set. Car jamais dans cette manche, un écart de plus de deux points n’allait être creusé ! Mais en parvenant à préserver son premier break (1-3), jusqu’à sa première balle de match sur relance, le FLSQ rassurait ses supporters. Mais pas pour longtemps, car avec un 5-O encaissé d’entrée de jeu dans la manche décisive, il semblait laisser filer la victoire aux Cambrésiens. Semblait… car dans ce match complètement fou, le FLSQ signait un nouveau retour (14-14) ! Et sans un litigieux porté de balle sifflé sur Donat (26-24) – décision qui entraînait une colère noire de Gabriel Denys – peut-être même que le CVEC aurait encore souffert avant d’arracher sa première victoire de la saison (16-14).

Pro B (J3) : CAMBRAI - SAINT-QUENTIN : 3-2 (25-23 en 25’ ; 28-26 en 30’ ; 25-27 en 38’ ; 23-25 en 27’ ; 16-14 en 17’).

Arbitrage de MM Paglieri et Cornicard. Juges de ligne : M. Lenne et Gorlas

CAMBRAI : Peris, Altavilla (lib.), Radichkov (cap.), Ces, Doué, Poutrain, Naveteur. Puis Aso. Entraîneur : Christophe Haffner, assisté par Bruno Bressy.

SAINT-QUENTIN : Hébert (lib.), Bird, Donat (cap.), Morelle, Dukic, Simin, Tonemassa. Puis Tupou. Entraîneur : Gabriel Denys.

source/la voix des sports/via le site de cambrai


Volley-ball Saint-Louis battu à Nice

Nice VB - Saint-Louis 3-1. Les sets : 25-16 (21’), 18-25 (22’), 25-22 (25’), 25-17 (23’). Arbitres : Mme Deloutre et M. Rejaeyan.
Nice : Furneau, Ah-Kong (puis Puljic), Gingreau, Puljic (puis Rendic), Halilovic, Kudlaczewski, Kiraska (lib).

Saint-Louis : Piesniak (puis Blonski), Nikolic (puis Pochalski), Valefuaniu, Ristic (puis Blonski), Kokuvi (puis Pochalski), Urnaut, Camatte (lib).


Le Nice VB a montré deux visages hier soir contre Saint-Louis. Dans le premier set, Fourneau fait parler sa puissance au smash et permet aux Niçois de prendre rapidement le large (7-4, 10-7 puis 16-9 et 25-16). Mais les Alsaciens se reprennent dans le second set (3-6, 7-10). Mais Gingreau n’entend pas laisser filer la seconde manche. Trois smashes de sa part et le NVB recolle au score (11-11). Cela dit les Bleus commettent beaucoup trop de fautes directes et offrent le second set aux visiteurs. Dans la troisième manche, les deux équipes alternent le bon et le moins bon. Furneau retrouve quelque peu son efficacité en attaque, mais les Azuréens sont toujours aussi approximatifs dans certaines phases. Ainsi, Saint-Louis fait mieux que résister (4-4, 7-7, 13-13). C’est donc dans la douleur et grâce à l’efficacité de Gingreau que les locaux remportent ce set.
Moins nerveux, les Niçois retrouvent leur volley dans la quatrième manche. Furneau (10-7) et Gingreau (17-11) se montrent très incisifs en attaque et Ah-Kong (21-15) place ses contres qui lui faisaient défaut depuis le début du match. Même si Saint-Louis n’abdique pas, le NVB domine de la tête et des épaules son adversaire du soir.

souce/l'alsace

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ferret et ses coéquipiers ont bien lutté hier à Canteleu, mais ils n'ont pas su gérer les fins de sets. Vannes s'incline sèchement : 3-0. :Gwenaël Mahé


Volley-ball : Vannes encore trop tendre


ProB. Canteleu - Vannes : 3-0.
Troisième match et troisième défaite pour le Vannes VB qui s'est à nouveau incliné, cette fois dans la salle de Canteleu.
Ce « choc » entre très mal classés du championnat a tourné à l'avantage des Normands à la suite d'une rencontre d'une grande intensité physique, un duel extrêmement serré et fertile en émotions. Les Vannetais se sont battus comme des lions, n'ont jamais abdiqué, mais ont paru un peu tendres face au bloc tactique cantilien, qui avait pour lui à la fois réussite et efficacité dans les bras de ses meneurs, Ostrihon et Château.

Le premier set voyait les Bretons prendre le commandement avec deux points d'avance pendant un long moment. Cette première manche était acharnée, avec une puissance de part et d'autre dans le jeu, des services costauds et des échanges particulièrement musclés. Le niveau était intéressant et Vannes était au commandement avant le temps mort technique (20-22). C'est là que les visiteurs « perdaient les pédales » et laissaient Canteleu maître des débats, Canteleu qui s'adjugeait cette première manche capitale 30-28.

Le deuxième set était moins âpre et moins disputé. Vannes, sans nul doute déçu par la tournure des événements, lâchait prise et laissait son adversaire s'envoler. Canteleu s'imposait facilement dans cette seconde manche (25-12).

Au troisième set les Vannetais réagissaient vigoureusement et reprenaient le dessus, menant successivement 7-3 puis 16-15, les hommes de Slava Kreskin s'offaient même deux balles de set qu'ils ne parvenaient malheureusement pas à concrétiser. Et là encore c'était Canteleu qui s'avérait le plus opportuniste en arrachant la décision (26-24), remportant par là même cette rencontre.

Slava Kreskin, l'entraîneur du Vannes VB, était bien sûr désappointé : « Ce fut très serré, le public a joué un rôle très important dans cette bataille, nous confiait-il. Sur les moments clés nous n'étions pas au top. Nous avons fait hélas pas mal de bêtises en défense et nous n'avons pas su profiter de nos balles de set. »

« Il est vrai que dans les moments importants on ne répond pas présent et je suis d'autant plus déçu que cette équipe de Canteleu constitue pour nous un concurrent direct pour le maintien dans cette Pro B. Le score aurait pu tourner à notre avantage mais en volley-ball il n'y a pas que l'attaque qui compte, il faut aussi savoir contrer et défendre, ce qui n'a pas toujours été notre cas. Il va falloir respecter le système de jeu, acquérir de la discipline et encore beaucoup travailler. »


CANTELEU - VANNES : 3-0

(30-28, 25-12, 26-24)

400 spectateurs.

Arbitres : MM. Morchoisne et Gadenne
.

source/Ouest-France


Volley-ball : Les Briochins signent un premier succès inattendu
Sète - Saint-Brieuc : 0-3.


Après avoir été corrigés à domicile par Ajaccio, les Briochins ont superbement bien réagi face à Sète.
Hier soir, la halle du Barrou à Sète a connu une des plus sombre soirée de son histoire. En effet, le maigre public local présent croyait en perdre son latin lorsqu'il voyait ses protégés se faire remonter durant le premier set et concédait une égalisation à 17 partout. Dès lors, les Briochins ne lâchaient pas le bon bout et concluaient la manche (25-19).

Le Barrou venait de vivre un terrible moment car les volleyeurs sètois qui avaient dû batailler ferme une semaine auparavant face à Ajaccio avaient été balayés comme un fétu de paille par les Bretons.

Et que dire de la deuxième manche ! Au cours de celle-ci les joueurs de Djordjevic démarraient en trombe et disparaissaient totalement. Le score grimpait de 8-5 à 16-12. Il fallait des efforts surhumains du tout jeune Rowandson pour permettre aux Sètois de recoller à 18-19 mais les Bretons accéléraient une nouvelle fois et remportaient cette manche (25-23) en une demi-heure de jeu.

Dans le troisième set, le calice allait être bu jusqu'à la lie par la formation locale qui sombrait corps et biens malgré les nombreux changements que tentait Philippe Salvan pour essayer de remettre le bateau à flot, mais rien n'y faisait. La gîte était trop grande et l'équipage se sabordait lui-même, la goélette briochine rentrait au port en toute sécurité à la faveur d'un dernier coup de canon signé par l'ex Sètois Pico Pesl (25-20). Les Briochins pouvaient exulter, ils tenaient-là leur première victoire de la saison.

SÈTE - SAINT-BRIEUC : 0-3

(19-25 en 23', 23-25 en 30', 20-25 en 29').

250 spectateurs. Arbitres : MM. Daragon et Raillon.

SÈTE : 44 attaques (Groussiaut 13) ; 3 contres (Konecny, Anton, Rowlandson) ; 4 aces (Ferguson 3) ; 25 fautes directes (dont 15 au service).

Six de départ : Anton (2) puis Joosten, Ragondet (2) puis Ferguson (3), Konecny (2), Groussiaut (13), Kapfer (9) puis Rowlandson (13), Martins (7), Libéro : Garcia. Entraîneur : Philippe Salvan.


SAINT-BRIEUC : 40 attaques (Curovic 11) ; 7 contres (Radovic 3) ; 3 aces (Curovic, Polic, Boriskevitch) ; 11 fautes directes (dont 6 au service).

Six de départ : Weick (3) puis Polic (1), Pesl (11) puis Mandic (2), Monneraye (6), Curovic (13), Boriskevitch (7), Radovic (6) puis Evtoukhovitch (1), Libéro : Rossillol. Entraîneur : Nenad Djordjevic.

source/Ouest-France

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 15 Oct - 13:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Slava Kreskine est bien pensif : lui et ses joueurs vont devoir rapidement
trouver des solutions s'ils ne veulent pas connaître une saison galère.
:Ouest-France


Volley-ball : Slava Kreskine : « Tous les joueurs ne sont pas au niveau »

Pro B. Canteleu - Vannes : 3-0. Battu par un concurrent direct dans la lutte pour le maintien, Vannes est désormais, seul, lanterne rouge.

Slava Kreskine, le retour de Canteleu ne vous a pas semblé trop long ?
Sur la route non, mais dans les têtes sûrement. Le match a été spectaculaire, le public a pris du plaisir mais c'est encore nous qui lâchons lors des fins de sets. C'est dommage, car dans la première manche, nous menions pourtant 22-20, mais nous avons accumulé les fautes pour finalement nous incliner (30-28).

Vous aviez pourtant mis en garde vos joueurs. Comment expliquez-vous de tels relâchements ?

Ce n'est pas un problème physique, c'est davantage mental. Peut-être la peur de mal faire dans les moments cruciaux. Il nous faut être beaucoup plus forts à ce niveau. Sur certains postes, nous avons des joueurs qui sont jeunes et qui paient là leur manque d'expérience. Ils viennent de clubs de Pro A ou Pro B mais ils n'avaient pas les premiers rôles dans ces clubs. Là, il s'agit de défendre nos promesses d'avant-saison (une place dans les cinq premiers à la fin du championnat) et on se rend compte que ce n'est pas facile. Mais nous devons continuer à y croire, de nombreux matches sont encore devant nous.

Plus que cette nouvelle défaite, n'est-ce pas surtout le score (3-0) qui fait mal ?

C'est sûr que prendre 3-0, c'est plus difficile à digérer. Nous progressons dans les scores des manches, mais gagner des sets est un minimum que nous devons parvenir à réaliser. Tout ce que je constate, c'est que certains joueurs sont encore au niveau N1. Nous ne respectons pas suffisamment le système de jeu établi. Nous sommes naïfs, il faut donc déjà commencer par respecter les consignes et croire à ce que l'on fait, notamment au contre et en défense.

C'est-à-dire...

Nous avons de gros problèmes défensifs, nous avons du mal à nous situer pour déterminer où le ballon va tomber. Quand on attaque, tout va bien mais dès que nous subissons, on s'éloigne du schéma tactique et les fautes s'accumulent. Nous devons aussi être décisifs. Il ne s'agit pas seulement de contrer ou de réceptionner mais de faire le point derrière, de marquer. Et pour cela, il faut que les six joueurs soient performants et pas seulement deux ou trois. Certains vont devoir passer la vitesse supérieure. C'est la différence avec Canteleu, qui nous a prouvé qu'elle avait une équipe.

Aujourd'hui, êtes-vous inquiet ?

Je ne suis pas inquiet, les joueurs sans doute plus. Ils pensaient peut-être que ça allait être facile mais nous devons être plus attentifs et combatifs. On ne se bat pas suffisamment, il faut avoir envie de faire mal à l'équipe adverse. Mon objectif est toujours de viser le haut du tableau, ça ne sert à rien de partir en visant le maintien. Je suis persuadé que nous pouvons faire quelque chose dans ce championnat. Il faut avant tout rassurer les joueurs et revenir à des fondamentaux.


Propos recueillis par

Frédéric HERVÉ.


CANTELEU - VANNES : 3-0.

(30-28, 25-12, 26-24).

400 spectateurs.

Arbitres : MM. Morchoisne et Gadenne.

source/Ouest-France


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Si le SNVBA s'est imposé, il a aussi connu quelques moments difficiles dans
certains secteurs. Notamment celui du block « où les consignes n'ont pas été respéctées »
selon Roger Vallée. :Vincent Lenne


Volley-ball : Le Saint-Nazaire VBA confirme

Pro B. Saint-Nazaire VBA - Aix : 3-1. Pour la première fois de la saison, les Nazairiensont empoché les trois points samedi soir face à Aix. De bon augure.

Deuxième sortie de la saison à Coubertin, et première victoire pour les Nazairiens. Au terme d'une prestation mitigée et face à une équipe aixoise encore jamais victorieuse cette saison, la tâche s'est avérée malgré tout plutôt ardue. Dans le premier set notamment, les hommes de Roger Vallée sont apparus fébriles et ont longtemps été à la merci de leur adversaire. « On n'a pas bien attaqué dans le premier set, heureusement, ils font quelques fautes nous permettant de revenir. Cela aurait pu tout changer. »
En effet, les locaux ont dû batailler ferme pour arracher la mise dans une manche sans doute décisive pour la suite du match. Jocelyn Pradet, le capitaine nazairien, irréprochable hier soir, mesurait pleinement l'importance de ce moment charnière. « Le premier set nous a libérés et eux se sont mis à faire plus de fautes, à faire le jeu pour nous. » Visiblement touchés moralement, les Sudistes ont paru déjouer durant la suite de la rencontre, donnant bien souvent le bâton pour se faire battre. « Ils faisaient beaucoup de fautes, on a donc pris moins de risques, on les a fait jouer. »

D'où, peut-être, une certaine fébrilité au service avant la quatrième manche. Roger Vallée s'agaçait également des « quelques fautes stupides » commises par ses hommes au filet et du manque d'écoute de ses protégés dans certains secteurs. « Les consignes n'ont pas toutes été respectées, notamment au block. » Des ajustements qui n'altèrent pas cependant la bonne prestation d'ensemble du SNVBA, qui a pu engranger trois points samedi soir, et ce pour la première fois cette saison.

Jocelyn Pradet
se réjouissait d'ailleurs de l'issue de la rencontre.
« On a réussi ce qu'on avait raté la semaine dernière, face à une équipe pourtant à notre portée. Dans l'ensemble, on a en plus tous été relativement bons en même temps, c'est positif. » À n'en pas douter, la meilleure performance des joueurs portuaires depuis le début de saison, face à une formation pourtant redoutable à en croire le capitaine nazairien. « C'est une des équipes que je craignais le plus, avec des joueurs que je connais depuis longtemps. Aix fait peur à beaucoup de monde. »

Un résultat comptable plutôt probant donc, même si tout n'a pas toujours fonctionné au mieux. Saint-Nazaire remonte malgré tout à une bonne sixième place qui la rapproche un peu plus des cadors.


SAINT-NAZAIRE VBA - AIX UNIVERSITE CLUB : 3-1 (27-25 en 26'; 25-17 en 22'; 25-27 en 25'; 25-19 en 22').

SNVBA : Amrane, Brcic, Weyl, Audric, Satour, Pradet. Puis Proudfoot, Hamon. Libéro : Hubert. Entraîneur : Roger Vallée.
Ouest-France

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Lun 15 Oct - 22:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix des Sports - 15/10/2007
Ce bolide tourquennois qui monte dans les tours…


Le Tourcoing-Lille Métropole est redevenu ce qu’il aurait dû toujours être : une équipe qui a une âme, un groupe qui se bat avec courage, des joueurs ardents et enthousiastes. Bref, un bastion retrouvé du volley français, après le désagréable intermède d’une saison maussade.
Depuis la reprise du championnat, le frémissement était perceptible. Il s’est concrétisé samedi soir, après que le TLM eût tout simplement fait plier ces Tourangeaux qu’on annonçait comme les incontournables favoris de la compétition. Si les hommes de Basic s’en retournèrent avec une défaite au tie-break, ils restent, malgré tout, dans le carré des équipes à surveiller de près.
Quant aux Nordistes, ils sont maintenant entrés dans le cercle très fermé des écuries de pointe. Avec Poitiers, Toulouse, Paris, Cannes… et Tours.
Les places restent chères, et encore lointaines, pour le Top 4 décisif de fin de saison, mais les Tourquennois ont d’ores et déjà marqué leur territoire.
Amputée de son pointu Fabricio Dias, l’équipe télémiste ne s’est pas arrêtée à cette importante absence, au point de prouver qu’elle disposait d’une véritable profondeur de banc.
Propulsé à la pointe du combat, piaffant d’impatience de retrouver un statut de premier plan, Philippe Barca-Cysique a parfaitement tenu le rôle de dynamiteur, entraînant dans son sillage Vincent Duhagon et Nicolas Maréchal. À trois, bien entendu épaulés par une formation qui trouve peu à peu son rythme de croisière, ils surent déjouer les plans tourangeaux avec la maturité des meilleurs.
Après cinq sorties soldées par autant de succès, voilà donc le Tourcoing-LM bien planté au sommet de la hiérarchie. Après la rencontre, Marcelo, toujours très expressif, ne put retenir ses larmes, son émotion, pour juger comme il se doit, la pétillante production de ses protégés.
« Nous avions l’habitude de refaire une santé aux Tourangeaux, et nous ne pouvions plus l’accepter »… Depuis octobre 2000, date de la dernière victoire du TLM dans son antre, le « Tévébé » s’était souvent amusé à ridiculiser l’ambition de son éternel ennemi.
Samedi, comme pour véritablement ouvrir les hostilités, Alexandre Sloboda et les siens ont frappé un grand coup. Si le public du cru a retenu son souffle jusqu’au bout, le triomphe n’en fut que plus beau. Et on attend la suite à Paris, samedi prochain. Pour un premier succès dans la capitale ?

Didier PARSY
Photo Jean-Pascal MAREEL

source/la voix des sports



La Voix des Sports - 15/10/2007
Un derby fou, fou, fou, qui sourit aux Cambrésiens !


Face au FLSQ, deuxième du général, la partie s’annonçait loin d’être simple pour les Nordistes. Passés au travers contre Martigues (1-3), incapables de s’affirmer à Dunkerque (3-2), les Cambrésiens, à défaut de renouer avec la victoire, se devaient au moins d’offrir un nouveau visage. Celui d’une équipe conquérante et batailleuse.
Si les premières minutes du derby n’étaient guère rassurantes en ce sens – sur les 16 premiers points inscrits par le FLSQ, 14 étaient dus à des fautes directes du CVEC – la suffisance picarde (14-18, 16-20) allait toutefois avoir le don de réveiller les ardeurs nordistes. Et le petit grain de folie apporté par Naveteur au contre (22-23) allait suffire à mettre le FLSQ sous pression avant de le faire craquer (25-23).

Dans le deuxième set, Cambrai, dans la continuité, attaquait donc tambour battant (4-1, 8-5). Mais Simin, au contre, allait vite le ramener sur terre (10-10). La fragilité cambrésienne à nouveau palpable, le FLSQ en profitait pour prendre la poudre d’escampette (12-14, 14-18, 14-22). Mais comme dans le premier set, un nouveau renversement de situation allait se produire au moment même où Saint-Quentin n’allait plus être qu’à deux doigts de conclure. Une incroyable série de contres signée Doué, Radichkov et Naveteur ramenait en effet le CVEC à hauteur des protégés de Gabriel Denys (23-23) ! Stupéfait, le FLSQ laissait une nouvelle fois passer sa chance (28-26).

Au retour des vestiaires, la bande à Dukic n’avait donc plus le choix. Ou elle lâchait prise ou elle se rebiffait ! Et quand, après avoir compté quatre points d’avance à deux points du set (19-23), elle se faisait à nouveau remonter (24-24), les carottes semblaient alors bien cuites… Mais c’était sans compter sur Bird, impressionnant de puissance au service (25-27). Remis dans le match, le FLSQ, qui trouvait le premier break dans la manche suivante (1-3), allait alors se la jouer sérieuse et parvenir à conserver ce mince écart jusqu’au bout (23-25).

Un « porté » litigieux

La manche décisive s’annonçait donc plutôt bien pour des Picards revigorés. Sauf qu’un terrible contre de Radichkov (1-0) allait complètement les refroidir ! Dans la foulée, Doué, Ces et Péris enquillaient (5-0). Mais alors que le match semblait cette fois plié pour le CVEC (13-8), le FLSQ signait à son tour un incroyable retour (14-14). Si bien que sans un très, très litigieux porté de balle sifflé sur Donat (16-14)... bien malin celui qui aurait pu dire qui des deux équipes l’aurait emporté, tant le suspense était total !

Fabrice BOURGIS

CAMBRAI - SAINT-QUENTIN : 3-2 (25-23 en 25’, 28-26 en 30’, 25-27 en 38’, 23-25 en 27’, 16-14 en 17’).

source/la voix des sports/via le site de cambrai


15/10/2007 - Pro B : L'ALCM répond présent


«Nous n'avons pas été très fair-play puisque nous avons joué à 7 contre 6»,
lance Vojtek Fabianczyk, l'entraîneur de l'AL Canteleu-Maromme, après la première victoire de ses joueurs en Pro B, samedi devant Vannes (3 sets à 0). Le coach polonais souligne en la circonstance l'importance qu'a pu tenir le public de la salle Calmat, à Canteleu, pour encourager, aider et pousser les partenaires d'Hubert Carrez dans leur quête.
Car la victoire a été difficile à amadouer malgré le sec 3-0 final. Ainsi les première (30-28) et troisième (27-25), manches ne sont peut-être tombées du bon côté que grâce à l'appui de 400 spectateurs enthousiastes et finalement ravis.

«C'est la Pro B, souligne Bruno Chateau, l'ancien joueur de Paris-Volley. C'est une bataille permanente, une guerre. Le danger est omniprésent car les équipes sont beaucoup plus stables psychologiquement, que dans les divisions inférieures. Même quand vous menez largement, il faut toujours faire attention

Les Cantilo-Marommais ont pu le vérifier lors de la 2e manche, la plus nettement remportée (25-19), où leur net avantage (22-15), faillit bien fondre, sous les coups de boutoir du pointu Jan Svoboda et du central Milos Vujicic. «Nous n'arrivons pas encore à bien jouer tout le temps», relève Fabianczyk, satisfait de quelques belles séquences, moins de quelques autres.
Mourier en formation accélérée Il est clair que l'épisode Cantamessi (le passeur prévu est sous le coup d'une suspension pour usage de cannabis), a perturbé le camp d'entraînement. «Maxime (Mourier, qui le remplace, juste 20 ans), a manqué la moitié de la préparation.» Mais Fabianczyk s'emploie à lui fournir une formation accélérée

source/Paris Normandie - lundi 15 octobre -via le site de canteleu

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Jeu 18 Oct - 22:11

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voix du Nord - 17/10/2007
VOLLEY-BALL DGL rentre bredouille de son déplacement à Chaumont


Dunkerque y a cru à Chaumont. Hélas, le sentiment de pouvoir l’emporter ou d’empocher un point s’envola au terme du deuxième set, car après avoir enlevé le premier 23-25, et malgré une belle apparition dans le deuxième (25-23), les joueurs de Gaël Bollengier baissèrent pavillon (3-1).
L’entraîneur maritime est formel : « Dans les deux dernières manches, on a manqué de lucidité, de discipline, on a connu des trous importants et face à des joueurs expérimentés, cela ne pardonne pas. On n’arrive pas à conserver notre niveau de jeu durant toute la partie. Il nous faudra beaucoup plus de percussion sur les ailes. Les stats prouvent que l’on peut améliorer ce secteur, car au centre, on réalise de bonnes choses. »

Mais Gaël Bollengier a le sentiment que son équipe ne peut pas faire de miracles dans sa configuration actuelle. Alors, la rancoeur remonte à la surface. « Une nouvelle fois, je suis enragé contre la fédération, qui s’est éternisée à formuler la sanction à l’encontre de Denis Sammier (contrôlé mi-avril, le DGL ne fut mis au courant que fin août). Je suis certain que si la sanction, que je ne revendique pas, avait été connue beaucoup plus tôt, on aurait eu la possibilité d’engager un joueur, le marché étant ouvert. Fin août, nous étions dans l’impossibilité de trouver un joueur susceptible de nous renforcer », déclare Gaël Bollengier, qui devait compter sur des joueurs diminués pour affronter les Cévébistes. Ceux-ci déroulèrent le jeu. Tchouassi et Bolehovsky ne trouvant plus la même résistance au filet, si bien qu’ils clôturèrent sans grandes difficultés les deux derniers sets. •


A. B.

CHAUMONT - DUNKERQUE : 3-1 (23-25 en 24’, 25-23 en 25’, 25-17 en 23’, 25-16 en 21’).


source la voix des sports

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 17/10/2007
VOLLEY-BALL Un derby complètement fou et une grosse bouffée d’oxygène pour le CVEC


Ah que cette première victoire fait du bien ! D’autant qu’elle a été acquise au terme d’un derby complètement fou, où le CVEC a démontré qu’il s’était forgé un caractère. Seuls les arbitres, en fait, auront un peu gâché la fête.
Ces deux dernières saisons, on s’était habitué à vivre de grandes émotions lors des derbys entre Cambrai et Saint-Quentin, puisque trois des quatre premiers affrontements étaient allés au bout des cinq manches. Et Celui de samedi n’a pas dérogé à la règle avec, en plus, un scénario incroyable pour le déroulement de la rencontre, mais aussi à l’intérieur de chaque set.
L’entame de match ne laissait pourtant pas supposer un dénouement heureux puisque Cambrai offrait douze des seize premiers points de Saint-Quentin sur des fautes directes. Mais le CVEC a ensuite affiché des ressources morales qu’on ne lui connaissait pas encore cette saison, jusqu’à s’offrir une balle de match à 25-24 dans le troisième set. Malheureusement, Morelle et Bird jouèrent les pompiers de service (27-25).

Cambrai était passé tout près du 3-0. Mais même si Christophe Haffner refusait de l’admettre, un 0-3 aurait tout aussi bien pu sanctionner cette rencontre.
Car on se demande bien encore comment le FLSQ a pu concéder les deux premières manches menées jusqu’à 20-23 puis 14-22. Saint-Quentin s’est peut-être vu un peu trop beau trop tôt. Mais louons plutôt les facultés de révolte, enfin retrouvées, du CVEC, symbolisées par la rage de Naveteur, Radichkov et Ces, pour conclure à 25-23 puis 28-26.
Au bout du compte, les Axonais arrachèrent le tie-break non sans quelques frayeurs dans le quatrième set (23-25). Et dans cette cinquième manche décisive, on faillit bien assister à un ultime coup de théâtre. Saint-Quentin vola d’abord en éclat face à la furia cambrésienne (5-0, 7-1), avant de réussir un improbable retour de 14-10 à 14 partout. Heureusement, Naveteur ne craqua pas au centre, avant que le premier arbitre ne siffle un porté sévère à Donat (16-14). Une décision qui provoqua une colère spectaculaire de Gabriel Denys. Mais si Saint-Quentin pouvait s’estimer floué sur ce dernier coup de sifflet, Cambrai pouvait aussi se plaindre du corps arbitral, qui lui avait enlevé des points précieux tout au long de la rencontre sur des jugements erronés.
Voilà pour ce dénouement un peu chaotique. Mais au final, le CVEC a surtout décroché sa première victoire qui va lui faire un bien fou avant de recevoir Maromme.

Et Christophe Haffner pouvait à la fois être content et soulagé : « Je suis satisfait, même si la fin a été en eau de boudin. Mais je ne peux pas me permettre de juger le coach adverse car, à sa place, j’aurais également été dans une colère noire. Les joueurs ont appliqué les consignes et se sont bien battus, à l’image de Ces qui a osé se lâcher. Cette combativité, c’est ma plus grande satisfaction. On aurait pu gagner ce match 3-0 ou 3-1.
Mais une fois encore, on n’a pas su le tuer. Maintenant, il faut continuer à avancer. Mais attention, le championnat est encore long et il nous reste du boulot.
» • OLIVIER DELSAUX (CLP)

La 3e journée : Avignon - Marseille, 3-1 ; Nice - Saint-Louis, 3-1 ; Saint-Nazaire - Aix, 3-1 ; Ales - Martigues, 3-0 ; Chaumont - Dunkerque, 3-1 ; Maromme - Vannes, 3-0.
– Au classement : 1. Avignon (9) ; 2. Ales (8) ; 3. Chaumont (8) ; 4. Nice (7) ; 5. Saint-Quentin (7) ; 6. Saint-Nazaire (6) ; 7.
Marseille (4) ; 8. Martigues (4) ; 9. Cambrai (3) ; 10. Maromme (3) ; 11. Dunkerque (2) ; 12. Saint-Louis (1) ; 13. Aix (1) ; 14.
Vannes (0).

source/la voix des sports

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Né à Vannes, Jean-Charles Monneraye (à droite) jouera le derby breton avec une émotion particulière. :Jérôme Fouquet


Volley-ball : Monneraye : « Me battre pour ma région »

Pro A. Rennes - Saint-Brieuc, vendredi (19 h). Jean-Charles Monneraye retrouvera avec
plaisir le parfum des derbies bretons
.

« Chez les jeunes, j'en ai joué des derbies Rennes - Vannes. » Né à Vannes il y a 26 ans, Jean-Charles Monneraye est ravi d'humer à nouveau le parfum d'un derby breton. « On est toujours un peu plus motivé pour ce genre de rencontres. C'est aussi une question de fierté. »
Après avoir porté les maillots de Montpellier, Dunkerque et Tourcoing, l'international français a enfin retrouvé la Bretagne. « Sa » Bretagne.
« Voilà dix ans que j'étais parti, j'avais à coeur de revenir. Je ne me suis jamais autant senti Breton qu'en y habitant loin. J'ai envie de me battre pour ma région. Je suis en pleine force de l'âge et je veux apporter au club de Saint-Brieuc. Je me suis investi dans cette équipe et je suis content d'avoir plus de responsabilités. Je suis venu ici pour jouer, je m'éclate. »

Le central de 2,09 m a aussi souhaité changer d'air et apporter son expérience du haut niveau à une formation briochine toujours en phase de découverte de la Pro A. « Le club affiche des volontés de progressions. J'ai envie de participer à plein à ce projet. »

Après un début de championnat difficile (quatre défaites consécutives), Monneraye et ses partenaires ont enfin connu les joies de la victoire samedi dernier à Sète. « Ça nous a fait le plus grand bien, concède le central. A Sète, nous avons certes commis moins de fautes que lors des matches précédents mais on a aussi eu davantage d'envie et d'agressivité du début à la fin de la rencontre. Après la défaite à domicile face à Ajaccio, nous n'avons pas tergiversé et on est reparti vers l'avant. Mais tout reste à refaire à chaque rencontre. Des automatismes doivent se mettre encore en place. »

L'équipe de France ?

Régulièrement appelé en équipe de France par Philippe Blain, Jean-Charles Monneraye (65 sélections) était resté sur le quai juste avant les championnats du monde au Japon en novembre 2006. Cantonné sur le banc à Tourcoing l'an passé, il ne faisait pas non plus partie de la sélection retenue pour l'Euro en septembre dernier. Mais il n'a pas encore tiré un trait sur le maillot tricolore. « Si Philippe Blain m'appelle, j'y vais avec plaisir mais ce n'est pas ma priorité cette année. Je veux d'abord m'investir dans ma nouvelle équipe. » Le sélectionneur français a tout de même confirmé à son entraîneur, Nenad Djordjevic, qu'il gardait un oeil attentif sur le Breton. Mais c'est d'abord en réalisant des bonnes performances sous ses nouvelles couleurs qu'il pourra refrapper à la porte de la sélection. De retour à la « maison », Jean-Charles Monneraye ne veut pas manquer ce nouveau départ.


Céline GOURMELON.

source/Ouest-France


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
source/nice matin/via le site du nvb

vidéo de nice saint-louis
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

via le site du nvb

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Sam 20 Oct - 12:53

Volley-ball : Saint-Brieuc passe à deux points du match
Pro A. Rennes - Saint-Brieuc : 3-2


. Passés à deux points du match, les Briochins peuvent s'en mordre les doigts.
Deux sets à rien et 23-22 en leur faveur dans la troisième manche. Les Briochins doivent se demander encore ce matin comment ils ont pu laisser filer ce derby breton. « On a joué petit bras lors du troisième set, déplorait Nenad Djordjevic, l'entraîneur costarmoricain, après la rencontre. On a été moins précis au block-défense et en contre-attaque. Et on n'a pas su conclure. »

Jusque-là pourtant, ses joueurs avaient récité une partition parfaite face à des Rennais complètement apathiques. « On a mal estimé cette équipe de Saint-Brieuc, reconnaissait, en fait, Boris Grebennikov, le technicien du RV 35. On avait pourtant bien étudié la vidéo de leurs deux derniers matchs. Mais l'équipe qu'on a rencontrée ce soir n'avait rien à voir avec celle qui a joué contre Ajaccio et Sète. »

Répétant un schéma de jeu trop prévisible, notamment au niveau des combinaisons entre Kardos et son pointu Hudecek, complètement absent au contre, défaillant en défense et manquant de coordination, le Rennes Volley 35 a ainsi vécu un véritable calvaire lors des deux premiers sets empochés facilement par Saint-Brieuc (18-25 et 23-25). Avec un excellent Weick à la passe, variant parfaitement le jeu, et un Curovic omniprésent en attaque (28 points) mais aussi à la réception, les Briochins allaient encore faire le trou dans la troisième manche, en menant 20-16. « Normalement, avec un écart pareil, le plus dur est fait... », regrettait le capitaine Cyril Weick.

Mais tant que le match n'est pas terminé, il reste de l'espoir. Et hier soir, les Rennais ont eu le mérite de ne jamais baisser les bras. « Quand on se retrouve dans une telle situation, on ne pense jamais qu'on est à deux points de la défaite, on pense juste à jouer tous les points à fond », expliquait le capitaine Christian Strehlau. Grâce à un contre de Kardos, Rennes allait empocher le troisième set (23-25). Une autre partie commençait.

Une partie où les Briochins avaient pris un coup au moral tandis que les Rennais, eux, étaient complètement transfigurés, à l'image de Tuia, intenable lors du 4e set et du tie-break. « On a su augmenter nos barèmes d'exigence et de qualité », se félicitait Grebennikov. « C'est une grosse déception, répondait Djordjevic, mais bravo à l'équipe de Rennes. »


Gérard GOURMELON.

source/Ouest-France

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 20/10/2007
VOLLEY-BALL Le TLM chez le champion de France : encore une belle occasion de rêver
!


Un déplacement dans la capitale n’est jamais une partie de plaisir, surtout lorsque l’on porte le maillot tourquennois. Car depuis qu’il est en Pro A, le TLM n’est jamais parvenu à l’emporter à Paris Volley ! Invaincus en cinq rencontres, les Nordistes espèrent, cette fois, stopper cette fâcheuse tendance. Et ils en ont les moyens, techniques, physiques, mentaux.
Marcelo ne veut cependant pas mettre la charrue avant les boeufs. « Pour nous, c’est encore un gros défi. J’espère que tout le monde le prend comme tel. Samedi dernier, face à Tours, nous sommes déjà parvenus à briser un tabou vieux de sept ans. Face à Paris, il ne faudra surtout pas prendre en compte les soucis actuels de notre adversaire. S’il passe actuellement par des situations difficiles, c’est tout de même un groupe qui parvient à tenir la baraque face à la troisième équipe européenne. » Jeudi, Marcelo faisait référence à la défaite des Parisiens face au Dynamo Moscou, en cinq sets dans le cadre de la Ligue des Champions. C’est dire si les hommes de Mauricio Paes auront peut-être laissé de la gomme sur leur parquet. Toujours privé de Vadeleux (entorse au coup de pied) et Castard (fracture de fatigue), Paris a déjà lâché deux matchs.

« Je ne sais pas du tout où ils en sont, dit malicieusement Marcelo. À l’évidence, nous pouvons accomplir un bon match.
Serons-nous capables de l’emporter ? Pas sûr ! Parce qu’il y a une histoire entre les deux équipes. Maintenant, nous sommes devenus l’équipe à battre . »

« La tête sur les épaules »

L’entraîneur tourquennois s’amuse de cette situation pour le moins enivrante. « Rendez-vous compte : à chaque journée, c’est devenu une sorte de "passe à ton voisin” (sic) », entendez cette fameuse partie de “pris-pris” qui a amusé notre jeunesse.
Après Tours, l’adversité va donc se relayer pour tenter de s’offrir le scalp nordiste, solidement fixé sur la tête de Marcelo et des siens. « Une tête que nous avons sur les épaules, reprend le sorcier brésilien. Car je ne peux pas m’imaginer qu’après cinq rencontres plus que correctes, nous soyons au top. » Dans l’optique d’un nouveau match référence, les Télémistes ont donc remis l’ouvrage sur le métier. Et Marcelo parlait volontiers «d’entraînement commando », jeudi… « Je suis content de la manière dont nous continuons de travailler ; le reflet de ce travail sera le résultat que nous enregistrerons à Paris.
Paris, c’est le double champion de France en titre ; Tourcoing ne sera donc que l’outsider, et j’espère que nous ne tomberons pas dans le piège du leader . » Les Nordistes devront donc, une fois de plus, avoir les nerfs solides pour ne pas sombrer dans un irrémédiable travers. « Il nous faut prendre des points lors des deux prochains matchs. » En clair, Marcelo aimerait voir ses hommes invaincus après Paris, mais aussi après la réception de Narbonne (27 octobre). Un « sept sur sept » juste avant la trêve d’une quarantaine de jours, voilà qui permettrait au groupe de travailler dans la sérénité. Car de la sérénité, on n’en a jamais assez... •


LE MATCH
PARIS VOLLEY (6e) – TOURCOING-LM (2e), 6e journée, (20 h, salle Pierre-Charpy).
- Arbitres : MM. Baklouti et Lambert.
• PARIS : 1. Havas, 3. Berrios (libero), 4. Lepetit, 5. Redwitz (cap.), 6. Rivera, 7. Van der Veen, 9. Vadeleux, 10. Novak, 14.
Bonon, 17. Hargreaves. Entraîneur : Mauricio Paes.
• TOURCOING : 1. Sloboda (cap.), 2. Danel, 3. Duhagon, 5. Schwaack, 6. Tolar, 7. Maréchal, 8. Ragondet, 10. Suljagic, 11.
Soltin, 12. Lavallez, 14. Barca-Cysique, 15 Petkovic. Entraîneur : Marcelo.


REPÈRES

V La saison dernière : - Aller, 23 septembre 2006, 2e j., TLM – PARIS : 1-3 (25-22 en 25’, 19-25 en 23’, 20-25 en 26’, 17-25 en 25’).
- Retour, 3 février 2007, 15e j., PARIS – TLM : 3-0 (27-25 en 29’, 25-20 en 23’, 25-22 en 25’).
V La dernière journée : - TLM – Tours : 3-2 (25-27 en 29’, 25-21 en 25’, 19-25 en 26’, 25-15 en 24’, 15-12 en 17’).
- Toulouse – Paris : 3-1 (25-22, 15-25, 25-14, 25-15).
V Les autres rencontres : hier soir, Rennes – St-Brieuc ; ce soir, Asnières – Ajaccio ; demain, Cannes – Montpellier ; mardi 23, Beauvais – Sète ; mercredi 24, Tours – Poitiers et Narbonne – Toulouse.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 20/10/2007
« Si le TLM n’est pas le plus fort, c’est au moins l’équipe qui joue le mieux. »


V Trois victoires et deux défaites en championnat, une première défaite mercredi en Ligue des Champions : comment analysez-vous la situation parisienne actuelle ?

- « On ne peut pas dire qu’elle soit excellente. Mais nous avons connu beaucoup de difficultés en début de saison, entre les blessures, les arrivées tardives, les internationaux. Ça peut expliquer nos soucis, mais ça ne les justifie pas. À Beauvais, nous aurions pu nous en sortir ; pas à Toulouse où nous avons joué dans un contexte particulier. En Ligue des Champions, on n’attendait pas le Paris Volley, sauf que le Dynamo Moscou, mercredi, était prenable. »

V Paris a-t-il les moyens, cette saison, de défendre son titre national… et de briguer une troisième couronne consécutive ?

- « Je pense que oui, mais ça prendra plus de temps que les saisons précédentes où l’on avait changé beaucoup moins de joueurs ; et cette fois, nous n’avons pas les mêmes hommes. Ce soir, contre le TLM, nous évoluerons sans Romain Vadeleux et Ludovic Castard. Nous savons aussi qu’il n’y a que quatre places qui donneront le droit de disputer le Final Four. Et ce sera dur pour tout le monde, car le championnat me paraît tellement homogène. La grosse qualité actuelle du TLM, c’est d’avoir perdu Dias et de continuer à gagner ! Et Barca-Cysique prouve qu’il peut faire aussi bien que Fabricio. »

V Cinq victoires en autant de rencontres, pour le TLM… Cette équipe vous fait-elle peur ?

- « Pour l’heure, si le TLM n’est pas le plus fort, c’est au moins l’équipe qui joue le mieux. Cette saison, Tourcoing a fait son recrutement de manière la plus équilibrée possible, la plus sensée depuis bien des années ! L’équipe a un bon entraîneur. Tourcoing, je vous le dis, c’est un vrai bon club… Mais les résultats nordistes sont aussi liés à une structure, à de bons bénévoles. Nous ne sommes ni en Grèce, ni en Turquie, ni en Russie où l’on bâtit des équipes à coups de millions d’euros et de dollars. Quand on recrute un “petit joueur”, il y a un coup de poker. Et Paris, dans ce domaine, a fait école… Des gens comme Michel Rougeyron, Alain Debès ont été copiés, et c’est tant mieux.
Tourcoing a cette chance-là. Le club a décidé de construire avec un entraîneur. Moi, je vais dans ce sens ; je ne crois ni “flash terme”, ni au moyen terme. ». • PROPOS RECUEILLIS PAR D. P.

source/la voix des sports

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taylor
Medaillé d'or
avatar

Nombre de messages : 6642
Localisation : le centre court de wimbledon
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point Presse.   Sam 20 Oct - 12:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La Voix du Nord - 20/10/2007
VOLLEY-BALL - PRO B Ratko Peris, joueur et ambitieux, veut renouer avec le plaisir à Cambrai


Ce soir face à Maromme (20 h 30 à Vanpoulle), un promu aux dents longues, le CVEC pourra à nouveau compter sur l’inusable envie de « gagner des matchs » de sa nouvelle recrue, Ratko Péris, pour essayer de confirmer la nette recrudescence de son jeu, entraperçue le week-end dernier face à Saint-Quentin.

C’est pour vivre des matchs comme celui de la semaine dernière face à Saint-Quentin, renversant et de haut niveau, que l’ex-International croate, Ratko Peris, 31 ans, a décidé de rallier Cambrai cette saison. Grand « ami » de Vladislav Mandic, l’ex-capitaine du CVEC « malheureusement » parti durant l’intersaison à Goëlo (Pro A), Ratko Peris a en effet depuis longtemps fait son choix. La Pro A, comme il le laisse entendre, il ne désespère pas un jour de la retrouver. En tout cas, il n’a pas tiré un trait dessus, comme il a en revanche pu le faire avec la sélection croate. Mais ce « come-back », s’il devait se faire, ça ne serait pas pour le vivre depuis un banc de touche.

« J’en connais qui s’accrochent juste pour dire qu’ils jouent en pro A. Or personnellement, être triste 300 jours de l’année, à ne pas gagner beaucoup de matchs, ça ne m’intéresse pas. Moi mon but, c’est de jouer dans des salles pleines et de faire plaisir aux spectateurs. »

D’où son choix de quitter Ajaccio, au terme de la saison 2003-2004 – l’équipe corse évoluait alors en Pro A –, pour rallier Narbonne. Un club avec lequel il finira vice-champion de France de Pro B, avec accession à la clé. Puis sa volonté de rejoindre son ami Mandic et le club de Cambrai, au « chaud public », durant cette intersaison.
« À Martigues, explique-t-il, un club au budget, je pense, bien plus important que celui de Cambrai, ça manquait d’ambitions.
Et le style de l’entraîneur, le fonctionnement au club… ça n’était plus possible.
» L’homme avait besoin de changer d’air et, semble-t-il, de renouer surtout avec sa philosophie de jeu. À savoir privilégier le côté « sportif ».
« C’est vrai que jamais je n’aurais pensé un jour signer à Cambrai, admet-il. Mais la vie réserve toujours des surprises.
» Et le challenge cambrésien, avec ou sans « Vlad », l’a conquis. « Ce qui est intéressant, ce n’est pas forcément de jouer la montée en pro A, explique-t-il. Par contre jouer dans une équipe où le budget n’a rien de comparable à ceux d’équipes comme Chaumont, Nice ou Avignon, mais dont l’objectif est de finir dans les cinq premiers, ça c’est bien ! » Ambiance, jeu, travail… Ratko Péris, au final, correspond donc très bien au profil cambrésien. Son intégration, bonne et facile, en témoigne. Et sachant en plus que l’homme et sa petite famille ont été agréablement surpris par la ville, « Cambrai est vraiment une belle ville et les gens sont sympas », il y a donc tout lieu de penser que ce joueur d’expérience ne devrait pas tarder à apporter au CVEC. C’est en tout cas ce qu’il espère, même « si tout ne se fait pas en une nuit ». D’autant « qu’on a mal commencé notre championnat… » prévient-il. Mais « si on joue tous les uns pour les autres, si on se bagarre et qu’on reste soudé, comme la semaine dernière face à Saint-Quentin », il y a tout lieu de penser que Cambrai retrouvera une place plus conforme à son statut. C’est à dire dans la partie haute du classement. •

source/la voix des sports/PAR FABRICE BOURGIS / PHOTO : EMMANUEL TAQUET/pour touit les articles

La Voix du Nord - 20/10/2007
VOLLEY-BALL Dunkerque se battra avec ses armes face à Alès



C’est toujours la même histoire : avec un effectif réduit à huit éléments, les volleyeurs dunkerquois devront une nouvelle fois trouver des ressources pour rivaliser avec une équipe autrement plus armée. Après Chaumont c’est maintenant Alès qui est au menu de DGL, à 18 h, salle Dewerdt. Pas simple.
Si encore les Dunkerquois accueillaient une équipe en difficulté… Cette fois, c’est un gros poisson du championnat qui se présentera sur le parquet de Dewerdt ce soir. Alès, 2e de la phase régulière l’an dernier, semble être une formation encore plus solide que la saison dernière. Quelques renforts, dont Rogerio Brizola, l’ex-pointu de DGL, mais surtout plusieurs anciens internationaux étrangers qui confèrent à cette équipe beaucoup d’expérience. Les trois premières rencontres donnent le ton : 3-1 face à Saint-Louis, 2-3 à Aix, 3-0 devant Martigues. Huit points au compteur quand Dunkerque en compte deux.

Ceci dit les Dunkerquois ne partent pas battus. « Il faut essayer de compenser par une combativité de tous les instants et de la folie dans le jeu. Il faudra être irréprochables dans l’esprit », avance Gaël Bollengier. « Nous n’avons pas de solutions de rechange et nous savons que ce sera difficile. On tentera de les gêner comme on a gêné Cambrai (victoire 3-2) et Chaumont (défaite 3-1 après deux sets équilibrés). Nous sommes capables de livrer de bons matchs et le début de saison a montré des phases intéressantes », confirme le technicien maritime.

Cependant, l’effectif reste décimé : Denis Sammier manquera encore à l’appel tandis que Frédéric Delaye conservera le poste de libéro en raison d’une blessure à l’épaule. Grégory Patin tiendra le poste 4 tandis que Fabien Lemaire souffre toujours d’une légère entorse. Cela fait beaucoup, mais les Dunkerquois auront à coeur de ne pas rendre les armes avant le combat. En attendant des jours meilleurs…

B. V.

DUNKERQUE (11e) - ALÈS (2e) Ce soir, 18 h, salle Dewerdt.
* DGL : Félicissimo, Osias, Lemaire, Jeanlys, Van Den Eshof, Meslard, Patin, Delaye (libéro).

source/ la voix des sports

Pro B Les Ludoviciens face à un mur

Aujourd’hui (20 h 30), le Saint-Louis VB reçoit Avignon, le leader la Pro B, pour un nouveau match a priori déséquilibré.

Avec ses 14 joueurs et son centre de formation que fréquente le Florivalien Guillaume Schroeder, Avignon ne compte pas faire de vieux os en Pro B. Reléguée de Pro A suite à une saison moribonde dans la lignée de la mouture 2005/2006, l’équipe de la Cité des Papes a fait venir du sang neuf avec pas moins de sept arrivées à l’intersaison. Et pour encadrer les jeunes du centre de formation, les dirigeants du Vaucluse ont notamment fait appel à l’expérimenté et ex-Mulhousien Élysée Ossosso (40 ans), qui a contribué à la domination de Narbonne sur la Pro B la saison dernière.
Avignon, c’est donc du lourd et du solide, quasiment un mur que le Saint-Louis VB va devoir escalader ce soir au Sportenum. Les hommes de Darek Blonski ont retrouvé tous leurs repères avec un horaire de match habituel aujourd’hui à 20 h 30 et la présence de Cesar Cottini, qui n’a rien lâché lors d’un rude entraînement jeudi soir.
Le Franco-Argentin va ainsi apporter au centre une rotation supplémentaire et non négligeable pour tenter d’arrêter les velléités offensives d’Avignon, et pourquoi pas donner plus de solutions au passeur Artur Piesniak. Car les Ludoviciens devront évoluer au meilleur de leur potentiel, ce dont Darek Blonski ne semble pas douter : « Physiquement et collectivement, les joueurs sont de mieux en mieux. Comme pour Cesar Cottini, ça commence à bien revenir. Nous sommes en progression et maintenant, il faut convertir en points. Face à Avignon, je pense que c’est jouable, comme contre Ajaccio, qui est monté en Pro A et qu’on avait battu à la maison l’an passé ».
Sans complexe, les Haut-Rhinois ont pour mission de présenter un collectif sans faille pour pouvoir répondre au mieux aux individualités adverses, visiblement plus fortes, une place de leader n’étant pas due au hasard. « Ce sont des joueurs jeunes, hormis Ossosso, et ils peuvent avoir quelques défaillances, conteste Darek Blonski. Notre pointu Ristic n’est pas inférieur au leur, Denis-Lorenzo, nos réceptionneurs/attaquants ne sont pas moins forts que les leurs, Matjaz Urnaut est le même genre de joueur qui montre l’exemple comme Ossosso, et côté passe, Bartek (Blonski) talonne Artur Piesniak. Je m’attends à un match de duels ».
Au point physiquement, les Ludoviciens doivent être prêts à relever un défi mental à temps plein et non pas à temps partiel comme depuis le début du championnat. Avec Cesar Cottini au centre, ce retour peut amener les frontaliers à tenir la distance.

Les équipes

Saint-Louis VB : 2. Artur Piesniak (1,94 m) et 7. Bartek Blonski (1,94 m), passeurs ; 1. Cesar Cottini (2,08 m), 4. Milorad Nikolic (2,07 m) et 5. Tuani Valefuaniu (1,96 m), centraux ; 3. Clément Puchalski (1,83m), 10. Gino Kokuvi (1,88m) et 12. Matjaz Urnaut (1,93m), attaquants/réceptionneurs ; 6. Srjdan Ristic (2,01m), pointu ; 16. Jonathan Camatte (1,74m), libéro. Entraîneur : Darek Blonski.
Avignon VB : 1. Daniel Ruiz (1,94 m), 7. Ricardo Martinez (1,86m) et 13. Angelo Teno (1,87m), passeurs ; 2. Amaury Bacq (1,95m), 10. Nicolas Cesar (1,93m), 11. Laurentiu-Fabian Birau (2m), 14. Adrien Taghin (2,01m) et 15. FabienVergoz (2m), centraux ; 3. Guillaume Schroeder (1,90m), 6. Stanislav Zimakijevic (1,95m), 8. Élysée Ossosso (1,86m) et 9. Julien Vallée (1,93m), attaquants/réceptionneurs ; 5. Semidan Deniz-Lorenzo (2,03m), pointu ; 12. Steve Peironet (1,83m), libéro. Entraîneur : José Amet.
Gilles Legeard


source/l'alsace

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

VOLLEY-BALL / Pro B Sous le signe du souvenir

Pompiliu Dascalu et les Chaumontais donneront le maximum pour honorer la mémoire de Cédric Schlienger.
La quatrième journée propose un match particulier à Saint-Quentin ce soir avec la venue au Palais des sports de Chaumont.
Parce que le CVB est coaché par l'ex joueur du FLSQ Pompiliu Dascalu (1) mais aussi parce que le club haut-marnais a vécu un drame le 30 août avec le décès de son réceptionneur-attaquant Cédric Schlienger (26 ans), victime d'un arrêt cardio-respiratoire à l'entraînement.
Le point avec Dascalu.

Pompiliu, comment vous, vos joueurs et votre club avez fait face à un tel choc ?

« C'est au-delà de tout ce que l'on peut imaginer... Ça te tombe dessus, de plein fouet, et tu ne peux que subir... On ne peut pas être prêt à affronter un événement pareil... Joueurs et dirigeants, on a passé beaucoup de temps ensemble, pour se soutenir.
On s'est rappelé les moments que l'on a passés avec Cédric et on a repris le travail, avec colère, avec rage.
Si on continue, c'est pour lui : on s'est promis de donner le maximum, de faire une belle saison pour honorer sa mémoire. C'est le mieux que l'on puisse faire ».

Et, malgré un effectif presque renouvelé complètement (2), Chaumont a commencé par trois victoires : 3-0 devant Aix-en-Provence, 3-2 à Martigues et 3-1 face à Dunkerque...

« J'ai eu de la chance : et de trouver un remplaçant à Cédric avec Moussa, et de tomber sur des joueurs solides et très professionnels. Il n'y a pas eu de problème d'intégration mais on n'est pas encore au point collectivement : on manque d'automatismes ».

Quel est l'objectif du CVB, qui fait partie des favoris de votre homologue du FLSQ, Gabriel Denys ?

« C'est trop d'honneur... mais cela fait plaisir. Notre objectif est de réussir ce que nous avons manqué la saison dernière (7e) : faire partie des équipes qui jouent la montée et donc au moins participer aux play-offs.
Nous sommes bien partis mais ce n'est que le début et encore faut-il arriver à continuer ».

Et vous revoilà à Saint-Quentin...

« J'étais déjà revenu ces deux dernières saisons et j'en garde toujours des souvenirs qui sont à la fois les meilleurs et les pires : c'était à la fin de l'exercice 2000-01, on avait un pied en Pro A... et on n'était pas montés ».

« Le FLSQ parrmi les favoris »

Que savez-vous et que pensez-vous du FLSQ de cette saison ?

« J'en sais beaucoup de choses... mais il y aussi beaucoup de choses que je ne connais pas.
Ce n'est pas pour rendre la pareille à Gabriel Denys mais Saint-Quentin fait partie de mes favoris. L'équipe me semble plus homogène, plus forte que la saison dernière.
Les changements opérés à l'intersaison ont été plus que pertinents et il y a toujours un joueur comme Dukic, qui m'impressionne depuis qu'il joue en France : c'est l'un des meilleurs attaquants, il a sa place en Pro A ».

source/l'union

Gabriel Denys : « Savoir conclure »

N'ayant « pas su conclure » samedi dernier à Cambrai (2-3), Saint-Quentin devra « savoir le faire » ce soir devant Chaumont, attend Gabriel Denys. Comme il y a un an... à huit jours près (*), « ça va être serré, ça va jouer sur des détails », prévient le coach du FLSQ.

Faisant partie de ses favoris, le CVB est « bien armé » avec ses internationaux (canadiens) Léo Carroll, Brock Davidiuk et (nigérian) David Ogungbemi ainsi que l'ex international camerounais Constant Tchouassi, entre autres...
Et « les Chaumontais ont une force supplémentaire au niveau mental » : « Ils jouent pour leur camarade disparu... ». « A nous de rivaliser », lance Gabriel Denys, qui espère bien démarrer une série de cinq matches où le 5e va affronter toutes les autres équipes de haut de tableau : Alès (2e avec Chaumont), Saint-Nazaire (6e), Nice (4e) et Avignon (1er)...
S.H.
(*) Le FLSQ s'était imposé 3-2 au Palais des sports le 28 octobre et était allé l'emporter 3-1 en Haute-Marne le 3 mars.

source/l'union

_________________
"pour être un champion, vous devez croire en vous-même quand personne d'autre ne le fait."
                     Sugar Ray Robinson

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Point Presse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Point Presse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» North Point Stand Up Classic
» Bruit embrayage au point mort
» Point mort qui passe pas naturellement ! (résolu)
» Tomar Presse (BN, Maxi, BAM, ...) en redressement judiciaire
» presse gti tech et retro viseur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du CVB 52 HM :: Equipes :: Ligue A-
Sauter vers: